La violence domestique pendant la grossesse

Partager avec d'autres mamans!

DANS CET ARTICLE

  • La grossesse peut-elle réformer un partenaire physiquement violent ?
  • La violence domestique est-elle courante ?
  • La violence domestique est-elle toujours physique ?
  • La violence domestique est-elle vraiment un crime ?
  • Quelles sont les chances que mon partenaire fasse du mal à mon bébé ?
  • Que puis-je faire si je suis dans une relation violente ?
  • Comment puis-je approcher une amie enceinte qui pourrait se trouver dans une relation violente ?

Note de la rédaction : cet article s’adresse principalement aux hommes qui maltraitent les femmes enceintes, mais nous reconnaissons que la violence se produit dans diverses relations et n’est pas exclusive à ce scénario.

La

grossesse peut-elle réformer un partenaire physiquement violent ?

C’est peu probable. Les experts affirment que la grossesse est plus susceptible d’avoir l’effet inverse sur un partenaire violent. Une femme maltraitée sur six déclare que son partenaire l’a d’abord maltraitée pendant sa grossesse et, selon les Centers for Disease Control, au moins 4 à 8 % des femmes enceintes déclarent avoir subi des mauvais traitements pendant leur grossesse.

Même si votre partenaire semble réagir positivement à l’annonce de votre grossesse, rien ne garantit que la violence n’éclatera pas à nouveau à un moment donné. Si un agresseur frappe son partenaire une fois, il est probable qu’il le fasse à nouveau. La grossesse peut être source de stress dans n’importe quelle relation, et c’est un déclencheur courant de la violence domestique.

Le bon comportement actuel n’est pas une prédiction de ce qui va suivre, car la violence suit souvent un schéma précis : La tension monte, la personne devient violente, puis il y a une phase de lune de miel pendant laquelle l’agresseur essaie de courtiser son partenaire ou de compenser les abus en étant aimant et doux. Le cycle de la maltraitance recommence plus tard, et souvent la violence s’intensifie à chaque incident.

La

violence domestique est-elle fréquente ?

La violence domestique n’est que trop fréquente ; c’est à la fois une tragédie personnelle et un énorme problème de santé publique. Selon les Centers for Disease Control, chaque année aux États-Unis, plus de 300 000 femmes enceintes subissent une forme de violence impliquant un partenaire intime, et environ un quart des femmes du pays déclarent avoir été agressées sexuellement ou physiquement par un conjoint, un partenaire ou un petit ami à un moment donné de leur vie. La violence domestique est l’une des principales causes de blessures chez les Américaines âgées de 15 à 44 ans, et on estime qu’elle est responsable de 20 à 25 % des visites des femmes aux urgences des hôpitaux.

Il n’y a pas de victime « typique » de la violence. La violence domestique n’est pas discriminatoire : Des personnes de tous âges, races, religions, nationalités, niveaux d’éducation, orientations sexuelles et groupes socio-économiques peuvent être victimes de mauvais traitements. Souvent, les victimes ne signalent pas les mauvais traitements parce qu’elles ont du mal à admettre qu’ils se sont produits ou parce qu’elles s’en veulent.

Il n’est pas facile d’admettre ou d’accepter que la personne que vous aimez ou avez aimée ou qui est le parent de votre enfant est un agresseur. De nombreuses victimes craignent également des représailles.

La

violence domestique est-elle toujours physique ?

Non. La violence domestique peut impliquer un comportement qui cause un préjudice psychologique ou des tentatives de maintenir le pouvoir et le contrôle par l’intimidation ou la coercition. Les insultes, l’humiliation, les critiques constantes, les tentatives d’isoler quelqu’un de ses amis ou de sa famille, la jalousie extrême, la restriction de la liberté personnelle, le contrôle étroit des finances familiales et les menaces de dommages physiques sont autant de caractéristiques d’une relation abusive.

Si une personne est contrôlée par son partenaire et vit dans la peur, elle est victime de violence domestique. La violence émotionnelle à elle seule peut laisser des cicatrices profondes et débilitantes.

Il n’est pas nécessaire que les mauvais traitements se produisent tous les jours ou toutes les semaines pour être classés dans la catégorie des violences domestiques. (Pour une liste plus détaillée des signes de maltraitance et des questions à poser, visitez le site Violence Against

Women, un site maintenu par l’Office on Women’s Health, une division du ministère américain de la santé et des services sociaux). La

violence domestique est-elle vraiment un crime ?

Oui. En fait, c’est un délit pénal dans les 50 États. L’adoption de la loi sur la violence à l’égard des femmes (dans le cadre de la loi de 1994 sur le contrôle des crimes violents et l’application de la loi) a permis de créer des lois fédérales strictes visant à poursuivre les délinquants et à générer des fonds pour les programmes destinés aux victimes de violence.

Quelles sont les chances que mon partenaire fasse du mal à mon bébé ?

La violence est dangereuse non seulement pour vous mais aussi pour votre bébé, surtout si vous prenez des coups à l’abdomen. Des études montrent que la violence exercée par le partenaire intime pendant la grossesse est associée à un risque accru de fausse-couche, de bébés de faible poids à la naissance et de blessures, voire de décès, du fœtus.

continue de lire  Comment puis-je me débarrasser en toute sécurité de l'excès de poils sur mon corps lorsque je suis enceinte ?

Et la situation ne s’améliorera probablement pas une fois que votre bébé sera né. À ce moment-là, votre enfant devient souvent une autre victime dans le cycle de la violence.

Les recherches montrent que la maltraitance des enfants se produit dans un tiers à plus des trois quarts des familles où un partenaire est également maltraité. Et même si l’enfant n’est pas directement maltraité, les études montrent que les enfants qui voient un adulte maltraiter l’autre au sein de la famille risquent de devenir eux-mêmes violents ou d’entrer dans une relation violente lorsqu’ils grandissent. Ils sont également très exposés à la dépression et à de nombreux autres problèmes psychologiques et comportementaux.

Que puis-je faire si je suis dans une relation violente ?

Vous êtes dans une situation dangereuse et vous aurez besoin d’aide pour vous en sortir. Si vous restez, vous risquez de vous blesser à nouveau, et si vous quittez votre partenaire, vous risquez d’être poursuivi par lui.

Appelez immédiatement le 911 ou le service de police local si vous craignez que votre partenaire soit sur le point de vous faire du mal.

Voici quelques autres mesures que vous pouvez prendre :

  • Appelez la ligne d’assistance nationale contre la violence domestique au (800) 799-7233 ou le numéro ATS pour les malentendants au (800) 787-3224. Ils peuvent vous fournir une intervention confidentielle en cas de crise, des conseils et vous orienter vers les ressources locales. (Vous n’êtes pas obligé de donner votre nom ou toute autre information permettant de vous identifier.) Vous pouvez également leur parler des stratégies d’urgence que vous pouvez utiliser si vous décidez de partir ou si vous vous trouvez dans une situation d’urgence.
  • Informez votre prestataire de soins de votre situation, afin que vous puissiez obtenir toute l’aide et le soutien dont vous avez besoin.
  • Consultez le site web de la ligne d’assistance téléphonique nationale contre la violence domestique pour obtenir une liste de questions à vous poser sur la maltraitance, des conseils importants pour planifier votre sécurité et les numéros à appeler dans chaque État pour obtenir des services. Vous pouvez également discuter en ligne avec un avocat (en anglais ou en espagnol) tous les jours de 7 h à 2 h du matin, heure centrale.
  • Visitez The Safety Zone, un site contenant une foule d’informations sur les ressources en matière de maltraitance et de violence domestique.

Si vous consultez des sites web sur la violence domestique à la maison, envisagez d’utiliser un navigateur furtif et veillez à vider la mémoire cache et les fichiers d’historique si vous craignez que votre partenaire ne tente de retracer ce que vous faites en ligne. La ligne d’assistance nationale contre la violence domestique et la zone de sécurité expliquent en détail comment procéder.

Comment puis-je approcher une amie enceinte qui pourrait être dans une relation violente ?

Faites-lui part de vos préoccupations et demandez-lui comment vous pouvez l’aider. Encouragez-la à demander de l’aide et des conseils. Personne ne mérite d’être maltraité.

Rappelez à votre amie que la maltraitance n’est pas de sa faute. C’est le problème de son partenaire et lui seul. Encouragez-la à parler à un avocat spécialisé dans les violences domestiques, à établir un plan de sécurité et à se confier à son prestataire de soins, qui peut l’aider à accéder aux services locaux.

Faites-lui savoir qu’elle n’est pas seule, et essayez de ne pas la juger et de la soutenir. Elle a probablement connu des hauts et des bas émotionnels pendant un certain temps, et la grossesse va sans doute intensifier ses sentiments.


Sources des articles (certains en anglais)

CDC. Non daté. Violence entre partenaires intimes. Centres américains de contrôle et de prévention des maladies.

Tjaden P, et al 2000. Rapport complet sur la prévalence, l’incidence et les conséquences de la violence à l’égard des femmes. National Institute of Justice, U.S. Centers for Disease Control and Prevention.

Kate Marple

Kate Marple est une journaliste primée qui a plus de 25 ans d’expérience dans l’écriture et la rédaction de contenus sur la santé.

Retour haut de page