Insertion professionnelle

Partager avec d'autres mamans!

Qu’est-ce que cela signifie d’induire du travail ? Si votre travail ne démarre pas tout seul, votre prestataire de soins peut vous donner des médicaments et utiliser d’autres techniques pour provoquer (induire) des contractions. Elle peut utiliser certaines des mêmes méthodes pour augmenter ou accélérer votre travail s’il cesse de progresser. Selon les Centers for Disease Control, plus d’une naissance sur cinq aux États-Unis est provoquée.

woman lying in hospital bedDANS CET ARTICLE

  • Pourquoi mon travail devrait-il être déclenché ?
  • Comment le travail est-il déclenché ?
  • Combien de temps faut-il pour déclencher le travail une fois qu’il a commencé ?
  • Quels sont les risques associés au déclenchement du travail ?
  • Y a-t-il des circonstances dans lesquelles mon travail ne devrait pas être déclenché ?
  • Existe-t-il des techniques que je peux essayer chez moi pour déclencher mon travail ?
  • Comment puis-je me préparer à un accouchement programmé ?

Pourquoi mon travail devrait-il être induit ?

Votre prestataire peut recommander l’induction lorsque les risques d’attendre que le travail commence tout seul sont plus élevés que les risques d’avoir une procédure pour faire démarrer votre travail. Cela peut être le cas lorsque :

  • Vous êtes encore enceinte une semaine ou deux après ladate prévue devotre accouchement. Les experts conseillent de ne pas attendre plus longtemps pour accoucher car cela vous expose, vous et votre bébé, à un risque accru de problèmes divers. Par exemple, le placenta peut devenir moins efficace pour apporter des nutriments et de l’oxygène à votre bébé, ce qui augmente le risque de mortinatalité ou de problème grave pour votre nouveau-né.
  • Vous perdez leseauxet le travail ne démarre pas tout seul. Une fois que vos membranes se sont rompues, vous et votre bébé êtes exposés à un risque accru d’infection. Votre prestataire de soins vous aidera donc à évaluer les risques et les avantages du déclenchement de l’accouchement par rapport à ceux qui attendent de voir si vous allez accoucher seule. Votre prestataire sera plus enclin à retarder le déclenchement du travail si votre bébé est prématuré.
  • Vous avez des tests qui montrent que votre placenta ne fonctionne plus correctement, que vous n’avez pas assez de liquide amniotique ou que votre bébé ne se développe pas comme il le devrait.
  • Vous développez uneprééclampsie, une affection grave qui peut mettre votre santé en danger et restreindre le flux sanguin vers votre bébé, ou une hypertension gestationnelle, une version plus légère de l’hypertension provoquée par la grossesse qui peut évoluer en prééclampsie.
  • Vous souffrez d’une maladie chronique ou aiguë qui menace votre santé ou celle de votre bébé. Il peut s’agir d’hypertension, de diabète, de maladie rénale ou de cholestase de la grossesse.
  • Vous avez déjà eu un mort-né.

Vous pouvez également bénéficier d’une insertion facultative pour des raisons logistiques – si vous vivez loin de l’hôpital ou si vous savez que vous avez des travaux très rapides, par exemple. Dans ce cas, votre prestataire de soins doit attendre que vous ayez au moins 39 semaines pour programmer votre intégration.

Comment le travail est-il déclenché ?

Cela dépend en grande partie de l’état de votre col de l’utérus à ce moment-là. Voici trois scénarios :

Votre col de l’utérus n’est pas mûr

Si votre col n’a pas commencé à se ramollir, à s’effacer (s’amincir) ou à se dilater (s’ouvrir), il est considéré comme « non mûr », ce qui signifie que vous n’êtes pas encore prête pour le travail.

Dans ce cas, votre prestataire de soins utilisera soit des médicaments, soit des méthodes « mécaniques » (voir ci-dessous) pour faire mûrir votre col de l’utérus avant de commencer le déclenchement du travail. Cela permet souvent de raccourcir la durée du travail, et peut aussi faire démarrer le travail plus rapidement, ce qui peut vous éviter de recevoir des perfusions d’ocytocine, le médicament utilisé pour déclencher le travail.

Pour faire mûrir le col de l’utérus et déclencher le travail, votre prestataire de soins peut vous aider :

  • Vous utilisez des prostaglandines. Vous pouvez avoir un médicament contenant des prostaglandines synthétiques inséré dans votre vagin, ou vous pouvez recevoir une dose orale de misoprostol (une forme de prostaglandine). Les prostaglandines agissent comme des hormones, et ce médicament aide à faire mûrir votre col de l’utérus et, comme mentionné ci-dessus, stimule parfois les contractions, de sorte que vous n’avez pas besoin d’ocytocine.
  • Utilisez un cathéter de Foley ou un ballon de maturation cervicale. Au lieu d’utiliser des médicaments, votre prestataire peut faire mûrir votre col de l’utérus en insérant un tube fin avec un ou deux petits ballons non gonflés à l’extrémité. Lorsque ces ballons sont remplis de liquide, la pression exercée sur votre col stimule votre corps à libérer ses propres prostaglandines, ce qui peut faire ramollir et ouvrir votre col. (Lorsque votre col commence à se dilater, le ballon tombe et le tube est retiré).

diagram of cervical ripening balloons inserted through the cervix

Si votre travail ne part pas de ces seules méthodes – ce qui est courant – vous recevrez finalement une perfusion d’ocytocine par voie intraveineuse. Ce médicament (souvent désigné par le nom de marque Pitocin) est une forme synthétique de l’hormone que votre corps produit naturellement pendant le travail spontané.

Votre col de l’utérus est partiellement dilaté

Si votre col de l’utérus est déjà quelque peu dilaté, votre prestataire peut le faire :

  • Dénudez ou balayez vos membranes. Votre prestataire insère son doigt à travers votre col de l’utérus et sépare manuellement votre sac amniotique de la partie inférieure de votre utérus. Cela provoque la libération de prostaglandines naturelles, qui peuvent contribuer à faire mûrir davantage votre col de l’utérus et éventuellement à déclencher des contractions.

    diagram of finger inserted through the cervix

    Dans la plupart des cas, cette procédure est effectuée lors d’une visite au cabinet. Vous êtes ensuite renvoyée chez vous pour attendre le début du travail, généralement dans les deux jours qui suivent. De nombreuses futures mamans trouvent cette procédure inconfortable, voire douloureuse, bien que l’inconfort soit de courte durée.

  • Rupture des membranes. Si vous êtes dilatée d’au moins quelques centimètres, votre prestataire de soins peut insérer un petit instrument à crochet dans le col de l’utérus pour briser votre poche amniotique. Cette procédure (amniotomie) ne cause pas plus de gêne qu’un examen vaginal. Cet examen ne sera effectué qu’après votre admission à l’hôpital.

diagram of an amnio hook inserted through the cervix

Votre col de l’utérus est mûr

Si votre col est très mûr et prêt pour le travail, il y a une petite chance que la seule rupture des membranes suffise à déclencher vos contractions. Si ce n’est pas le cas, votre prestataire le fera :

Utiliser de l’ocytocine (Pitocin).

Votre prestataire peut vous donner de l’ocytocine par le biais d’une pompe à perfusion pour démarrer ou augmenter vos contractions. Elle peut ajuster la quantité dont vous avez besoin en fonction de l’évolution de votre travail.

Combien de temps faut-il pour entrer en travail après le début de l’insertion ?

Le temps nécessaire pour entrer en activité après le début de l’insertion professionnelle est très variable. Plus le col de l’utérus est mûr, plus l’intervalle probable entre le début du déclenchement du travail et le début du travail actif et de l’accouchement est court.

Une fois que vos membranes sont rompues, soit artificiellement soit spontanément, vous progresserez probablement plus rapidement, surtout si vous avez déjà des contractions et que votre col est mûr. Vous passerez aussi probablement plus rapidement au travail actif si vous avez déjà eu un bébé.

Votre prestataire continuera généralement à vous administrer des médicaments, tels que des prostaglandines, ou à utiliser des méthodes de maturation mécanique, comme un ballon dans le col de l’utérus, pendant 12 heures au maximum, à moins que le travail actif ne commence avant cela ou qu’il y ait un problème de rythme cardiaque chez votre bébé. Au bout de 12 heures, il devrait pouvoir vous donner une estimation approximative du temps qu’il vous faudra attendre avant que le travail ne commence.

Une fois le travail actif atteint (environ 5-6 centimètres de dilatation), vous continuerez probablement à vous dilater pendant encore quatre ou cinq heures avant de mettre votre bébé au monde, si vous êtes mère pour la première fois. Les progrès seront probablement plus rapides s’il s’agit de votre deuxième ou troisième accouchement.

Quels sont les risques associés au déclenchement de l’accouchement ?

Bien que le déclenchement du travail soit généralement sûr, il existe certains risques, qui peuvent varier en fonction de votre situation personnelle et des méthodes utilisées. Voici les risques et inconvénients possibles :

  • Contractions trop fortes. L’ocytocine, les prostaglandines ou la stimulation des mamelons (expliquée ci-dessous) provoquent parfois des contractions trop fréquentes ou anormalement longues et fortes. Cela peut à son tour stresser votre bébé. Pour évaluer la fréquence et la durée de vos contractions ainsi que le rythme cardiaque de votre bébé, vous devez disposer d’une surveillance électronique fœtale continue pendant un travail déclenché. Vous devrez probablement vous allonger ou rester assise pendant la surveillance, mais certains hôpitaux proposent la télémétrie, ce qui signifie que vous pouvez vous promener pendant le processus avec une petite version du moniteur fœtal attachée à vous.
  • Rupture. Dans de rares cas, les prostaglandines ou l’ocytocine peuvent également provoquer un décollement placentaire, voire une rupture utérine, bien que les ruptures soient extrêmement rares chez les femmes qui n’ont jamais subi de césarienne ou d’autre chirurgie utérine. Les prostaglandines couramment utilisées, telles que le misoprostol et le « cervidil » (dinoprostone), sont associées à un taux de rupture relativement élevé chez les femmes qui tentent un accouchement vaginal après une césarienne (AVAC) et ne doivent jamais être utilisées chez les femmes ayant un utérus cicatrisé. Certains experts ne pensent pas non plus que les femmes qui tentent un AVAC doivent être traitées à l’ocytocine.
  • Le temps d’attente est long. Le déclenchement du travail peut prendre beaucoup de temps, surtout si vous commencez avec un col de l’utérus qui n’est pas encore mûr, et ce processus peut être difficile pour vous et votre partenaire, psychologiquement et physiquement. La privation de sommeil et la gestion de la douleur pendant de longues périodes peuvent vous épuiser et rendre plus difficile la sortie du bébé le moment venu. (D’autre part, l’attente apparemment interminable du début du travail peut être encore plus éprouvante chez les femmes qui dépassent leur date d’accouchement).
  • Vous aurez peut-être encore besoin d’une césarienne. Si le déclenchement du travail ne fonctionne pas, vous aurez besoin d’une césarienne. Une césarienne après un long travail ou un déclenchement infructueux est associée à un taux de complications plus élevé que celui d’une césarienne planifiée.

N’oubliez pas que votre prestataire de soins de santé ne doit vous recommander de déclencher le travail que lorsqu’il estime qu’attendre le début du travail serait plus risqué pour vous et votre bébé qu’intervenir.

Y a-t-il des

circonstances dans lesquelles mon travail ne devrait pas être déclenché ?

Oui. Vous devrez subir une césarienne plutôt qu’un déclenchement du travail chaque fois que le travail et l’accouchement par voie vaginale ne sont pas sûrs. Vous pourriez avoir besoin d’une césarienne si :

  • Vous avez des tests qui indiquent que votre bébé ne peut pas tolérer les contractions ou qu’il doit être mis au monde immédiatement.
  • Vous avez un placenta praevia, ce qui signifie que votre placenta est placé anormalement bas dans votre utérus, soit à côté de votre col de l’utérus, soit en le recouvrant.
  • Votre bébé est en position de siège ou transversale, ce qui signifie qu’il ne vient pas la tête la première.
  • Vous avez déjà subi une césarienne avec une incision utérine « classique » (verticale) ou une autre chirurgie utérine, telle qu’une procédure d’élimination des fibromes (myomectomie).
  • Vous allez avoir des jumeaux et le premier bébé est en siège, ou vous allez avoir des triplés ou plus.
  • Vous êtes atteinte d’une infection active d’herpès génital.

Existe-t-il des techniques que je peux essayer chez moi pour faire avancer mon travail ?

Il n’existe pas de méthodes de démarrage du travail à domicile dont la sécurité et l’efficacité aient été prouvées de manière constante. Voici un scoop sur certaines des techniques dont vous avez peut-être entendu parler :

  • Rapports sexuels : Le sperme contient des prostaglandines, et le fait d’avoir un orgasme peut stimuler les contractions. Quelques études ont montré que le fait d’avoir des relations sexuelles à terme peut réduire la nécessité de déclencher le travail, mais d’autres n’ont constaté aucun effet sur la promotion du travail.
  • Stimulation du mamelon : La stimulation des mamelons libère de l’ocytocine et peut aider à déclencher le travail. Bien qu’il s’agisse d’une approche éprouvée, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer son efficacité. Et comme il est possible de surstimuler votre utérus (et de stresser votre bébé), il est probablement plus sûr d’essayer à l’hôpital tout en étant surveillé.
  • Huile de ricin : L’huile de ricin est un puissant laxatif. Bien que la stimulation de vos intestins puisse provoquer des contractions, peu de recherches démontrent qu’elle aide à déclencher le travail – et vous trouverez probablement l’effet très désagréable. Cependant, si cela signifie éviter une induction plus longue, cela peut valoir la peine d’essayer. Cela peut également entraîner des diarrhées et une déshydratation, il est donc important de rester hydratée si vous utilisez de l’huile de ricin.
  • Remèdes à base de plantes : Diverses plantes sont considérées comme utiles pour le déclenchement du travail, mais il n’existe pas suffisamment de preuves de leur innocuité ou de leur efficacité. Certaines sont en fait risquées car elles peuvent surstimuler votre utérus et peuvent également être dangereuses pour votre bébé pour d’autres raisons.
  • Balade en voiture : Rien ne prouve que le travail puisse commencer juste parce qu’une femme enceinte se retrouve sur une route de gravier ou heurte quelques dos d’âne. Un trajet cahoteux ne fera pas non plus de mal à son bébé. Les bébés à naître sont bien protégés des petits chocs de la vie par l’utérus et le liquide environnant. Cependant, il faut toujours se mettre du côté de la sécurité et porter une ceinture de sécurité, même sur le siège arrière.
  • Nourriture épicée : Il n’a pas été prouvé scientifiquement que les épices ou les aliments puissent déclencher le travail. Certaines personnes pensent que les aliments épicés provoquent des contractions en stimulant le système digestif. D’autres suggèrent que la nourriture épicée augmente la production de l’hormone prostaglandine, qui peut également aider à faire avancer le travail. Mais le système gastro-intestinal d’une mère et son utérus ne sont pas liés. Des maux d’estomac ou une diarrhée peuvent libérer des prostaglandines dans la circulation sanguine et provoquer de légères crampes utérines, mais cela ne suffira probablement pas à déclencher le travail.

Comment puis-je me préparer à un stage de travail programmé ?

Ces quatre conseils peuvent contribuer à rendre le processus d’insertion plus agréable :

Apportez du divertissement.

Certains inductions prennent beaucoup de temps, surtout si votre col de l’utérus n’est pas mûr au départ. Dans ce cas, vous pouvez rester à l’hôpital pendant de nombreuses heures avant même de ressentir votre première contraction. C’est une bonne idée d’apporter quelque chose pour vous divertir, comme des livres, des magazines ou des jeux. Vous pourriez envisager de faire une « playlist de travail » sur votre téléphone – une musique apaisante qui vous distrait et vous détend. Vous pouvez aussi demander à votre partenaire de le faire pour vous, à condition que ses choix ne vous dérangent pas ! Dans la phase initiale de l’induction, avant que les contractions ne deviennent fortes et régulières, essayez de baisser les lumières et de minimiser le bruit afin de pouvoir faire une sieste aussi souvent que possible.

Allez-y doucement.

Vous serez plus à l’aise (et plus susceptible de vous retrouver avec un accouchement vaginal) si l’induction se fait progressivement. Par exemple, à moins que votre col de l’utérus ne soit déjà mûr, votre praticien commencera presque toujours par le faire mûrir pour qu’il se dilate plus facilement. Et si /quand on vous donne de la Pitocine, c’est plus facile pour vous si la dose commence à être faible et est augmentée lentement (toutes les 30 à 45 minutes). Cela vous permet de vous adapter émotionnellement et physiquement à mesure que votre travail progresse.

Détendez-vous.

Une fois que vos contractions commencent, vous pouvez utiliser des mesures de confort comme la relaxation, l’aromathérapie, le massage et les changements de position. Se mettre à quatre pattes dans le lit ou sur le sol sur une couverture et cambrer le dos comme un chat peut vous aider à vous distraire de la douleur et peut parfois retourner un bébé têtu en position face à face.

Demandez des médicaments contre la douleur ou une péridurale si nécessaire.

Si vous le souhaitez, vous pouvez toujours accoucher sans médicaments contre la douleur, mais ne vous sentez pas mal si vous choisissez des médicaments à un moment donné. En particulier lors d’un accouchement programmé, où le travail risque de durer longtemps, une péridurale peut vous permettre de dormir pendant plusieurs heures.


Sources des articles (certains en anglais)

ACOG. 2017. Initiation au travail. American College of Obstetricians and Gynecologists. https://www.acog.org/Patients/FAQs/Labor-Induction

[consulté en janvier 2020]

ACOG. 2019. Bulletin pratique 146 : Gestion des grossesses tardives et post-maturées. American College of Obstetricians and Gynecologists. https://www.acog.org/Resources-And-Publications/Practice-Bulletins/Committee-on-Practice-Bulletins-Obstetrics/Management-of-Late-Term-and-Postterm-Pregnancies

[consulté en janvier 2020]

ACOG. 2017. Avis du comité : Approches visant à limiter les interventions pendant le travail et l’accouchement. Numéro 687. Février 2017. https://www.acog.org/Resources-And-Publications/Committee-Opinions/Committee-on-Obstetric-Practice/Approaches-to-Limit-Intervention-During-Labor-and-Birth

[consulté en septembre 2017]

Kate Marple

Kate Marple est une journaliste primée qui a plus de 25 ans d’expérience dans l’écriture et la rédaction de contenus sur la santé.

continue de lire  Brûlures d'estomac pendant la grossesse : Pourquoi elles se produisent et comment les soulager
Retour haut de page