Fessée, mise à la terre et cris : La discipline à l’ancienne fonctionne-t-elle ? |

Partager avec d'autres mamans!

mother talking to her childDANS CET ARTICLE

  • La fessée
  • Perte de privilèges
  • Temps morts
  • Fondements
  • En criant
  • Obliger à s’excuser
  • Les rabais

Votre enfant parle pour la énième fois, et vous en avez assez. Fini les nobles notions de moments d’apprentissage. Vous criez : « Va dans ta chambre ! » Quelques instants plus tard, alors que les mots résonnent dans votre oreille, vous réalisez avec un choc : je suis devenue ma mère.

Vous n’êtes pas seule. La réaction instinctive lorsque nos enfants se comportent mal est souvent de faire exactement ce que nous avons fait quand nous étions enfants. La question est de savoir si ces outils de discipline de la vieille école résistent à l’épreuve du temps.

Nous avons demandé aux mamans du BabyCenter quelles techniques de vos parents vous avez utilisées. Nous nous sommes ensuite tournés vers un groupe d’experts pour savoir lesquelles méritent d’être conservées dans la boîte à outils de discipline et lesquelles doivent être jetées à la poubelle.

La

fessée

Selon une enquête du BabyCenter, 81 % d’entre vous ont reçu la fessée lorsqu’ils étaient enfants, et 48 % d’entre vous font de même avec leurs propres enfants.

Certains parents affirment qu’une fessée est un outil de discipline efficace lorsque tout le reste a échoué – d’autres appellent cela de la maltraitance infantile. « Je me souviens de ce que je portais, de la façon dont elle me frappait, de la résistance que j’ai opposée, des pleurs, de la douleur, de la colère et de la peur », écrit une mère. « Je ne me souviens ni de la leçon ni de l’acte.

Ce que disent les experts…

Jette-le. La fessée montre surtout que lorsque l’on est plus grand que quelqu’un, il est normal de frapper pour montrer sa colère ou de frapper pour obtenir ce que l’on veut. La blessure, et non l’opportunité d’apprendre, devient le message – Carl Pickhardt, Stop the Screaming : How to Turn Angry Conflict With Your Child into Positive CommunicationToss

it

. La fessée est une solution temporaire qui fait plus de mal que de bien. Elle « fonctionne » parce qu’elle permet d’exercer un contrôle externe sur un enfant, mais elle ne favorise pas la prise de décision interne. Elle apprend simplement aux enfants à se comporter – ou alors. La fessée amène de nombreux enfants à se concentrer sur la punition plutôt que sur leur mauvaise décision.

La fessée a également des effets secondaires. C’est embarrassant, et cela pousse les enfants à se mettre en colère ou à penser à des représailles. Les enfants qui sont fréquemment frappés ne se sentent pas en sécurité. Beaucoup ont une mauvaise estime de soi. Certains se replient sur eux-mêmes. D’autres deviennent excités, trop actifs et agressifs. – Sal Severe, How to Behave So Your Children Will, Too !

Lancez-le.

Comment allons-nous apprendre à nos enfants qu’il n’est pas normal de faire du mal aux autres quand on continue à leur faire du mal ? Pour les enfants de 2 à 4 ans, beaucoup de supervision, de distraction et de réorientation sont de meilleurs outils. Toutes les fessées du monde n’apprendront pas à un enfant qu’il n’est pas prudent de courir dans une rue animée tant qu’il n’est pas prêt à apprendre cette leçon.

Certains enfants poussent et poussent jusqu’à ce qu’ils reçoivent une fessée, puis se calment. Ils ont été conditionnés à ne pas se calmer ou à ne pas coopérer tant qu’ils n’ont pas reçu de fessée.

Essayez plutôt de tenir un enfant désobéissant fermement sur vos genoux. Peu importe à quel point elle se débat, ne la lâchez pas tant qu’elle ne s’est pas calmée ou qu’elle n’a pas accepté de coopérer. – Jane Nelsen, la série  » Discipline positive

Perdre ses privilègesEnlever

quelque chose d’amusant est un outil largement utilisé par les parents d’aujourd’hui, dont beaucoup ont pris l’habitude de leurs propres parents. « Quand j’étais vilaine, mes parents s’empressaient de me priver de temps de télévision », raconte une mère qui fait maintenant de même avec son propre fils. « Il perd du temps d’écran ou de la glace pour des écarts de conduite répétés. Mais je pense souvent qu’il se met en colère et je me demande s’il apprend vraiment quelque chose de cette expérience

« .

Pour les parents d’aujourd’hui, l’idée de rédemption joue un rôle important. « Je donne presque toujours à mes enfants la possibilité de regagner un privilège facilement et rapidement s’ils reconnaissent leur erreur », dit une autre mère de trois enfants.

Ce que disent les experts…

Lancez-la.

La punition ne fait qu’inviter à la défiance, à la rébellion ou à une faible estime de soi. Si votre enfant casse quelque chose pendant une crise de colère, vous pourriez lui retirer la télévision pendant une semaine. Mais cela ne lui apprendra rien.

Trouvez plutôt un moyen pour lui de remplacer ou de réparer l’objet. Cela peut signifier gagner de l’argent – même les jeunes enfants peuvent faire des tâches simples – ou retirer l’argent de sa tirelire ou de son allocation.

Il peut aussi s’asseoir avec vous et recoller l’objet. Cette méthode et de nombreuses autres méthodes non punitives sont respectueuses et enseignent à l’enfant d’importantes compétences de vie. – Jane Nelsen

Time-outsNos

parents n’ont peut-être pas appelé cela un time-out, mais ne vous méprenez pas, ils l’ont utilisé. Est-ce que « Va dans ta chambre » te dit quelque chose ? Le temps mort est toujours le préféré des parents d’enfants de 2 ans, de 3 ou 4 ans, des enfants de la maternelle et des élèves de l’école primaire. (Les parents de jeunes enfants peuvent découvrir que la technique ne fonctionne pas encore très bien.)

Mais tous les temps morts ne sont pas égaux. Certains lecteurs déclarent utiliser des méthodes plus douces que celles de leurs parents. « On m’enfermait assez souvent dans ma chambre et on frappait sur la porte pour attirer l’attention. Je n’ai pas trouvé cela particulièrement éducatif », dit une mère.

Ce que disent les experts…

Changez-le. Un temps d’arrêt est recommandé lorsque l’objectif est positif : Donner à un enfant la possibilité de faire une courte pause et d’essayer à nouveau dès qu’il se sent mieux. Cette période de réflexion permet à l’enfant de « faire » mieux, car elle lui donne une chance de se « sentir » mieux. Comme le terme « pause » a de nombreuses connotations négatives, vous pouvez demander à votre enfant de le renommer, par exemple  » lieude repos  » ou  » lieu de bien-être

« .

Pour les très jeunes enfants, essayez de prendre un temps mort ensemble dans un endroit qui encourage le calme et la tranquillité. Il peut s’agir de coussins, d’une peluche préférée ou d’un livre à lire. – Jane Nelsen

Mise à la

terreLe

terme de mise à la terre

peut vous faire penser aux adolescents contraints de rester à la maison pour avoir enfreint le couvre-feu. Mais cette technique – qui est en fait une forme de perte de privilèges – est également utilisée par les parents de jeunes enfants, qui disent l’avoir apprise de leurs propres parents. Lorsque mon fils de 3 ans répond ou se montre provocateur, nous lui disons parfois : « Nous n’irons pas au parc si tu continues à agir de la sorte », explique une mère.

Une autre mère, qui a elle-même enduré des mises à la terre en grandissant, raconte : « Quand mon fils avait 6 ans, il a été mis à la terre pour avoir jeté des pierres par-dessus la clôture de l’école sur des voitures garées. Il n’aimait pas ça, je crois que je n’ai jamais aimé ça non plus quand j’étais enfant. Mais je n’ai jamais répété l’infraction, et, à ma connaissance, lui non plus ».

Ce que disent les experts…

Lancez-le.

Comme la perte de privilèges, la punition fonctionne si l’enfant manque quelque chose qui lui tient à cœur – sinon, ça ne vaut rien. C’est une perte de temps de punir un enfant de 2 ou 3 ans, car il ne comprend pas vraiment le lien. –

Michele BorbaLaisser tomber

.

La plupart des parents choisissent une période de privation de sortie trop longue. Des périodes prolongées peuvent se retourner contre votre enfant, qui se sentira persécuté ou harcelé et qui commencera un cycle de représailles négatives.

Gardez à l’esprit que vous ne voulez pas qu’une période de consignation rende tous les autres membres de la famille misérables, et que si la consignation n’est pas applicable de manière réaliste, il vous sera plus difficile d’y donner suite de manière cohérente.

Sal SevereLancez

le. La punition n’a pas sa place dans une approche disciplinaire positive de l’éducation d’un enfant. Les enfants n’ont pas à souffrir pour apprendre. La punition est une forme de punition lorsque des adultes font quelque chose à un enfant. Réfléchissez plutôt aux moyens de résoudre un problème de discipline avec

votre enfant.

Si vos enfants se battent constamment, au lieu de les punir, vous pouvez, après une période de réflexion, leur demander de se concentrer sur les moyens de résoudre le problème – en se relayant, en retirant l’objet du conflit ou en mettant la question à l’ordre du jour de la réunion familiale. À moins que la sécurité ne soit en jeu, n’intervenez pas et ne prenez pas parti, et ayez confiance en leur capacité à résoudre le problème.

Jane Nelsen

Crier

Si

vous avez grandi dans une maison de hurleurs, il y a de fortes chances que vous augmentiez aussi le volume de vos enfants. Et c’est le cas de la plupart d’entre nous : Environ 9 parents sur 10 ont déclaré avoir crié, hurlé ou hurlé sur leurs enfants dans une étude du Family Research Lab de l’université du New Hampshire.

continue de lire  Puberté précoce (précoce) chez les filles |

Si personne ne suggère que les accès de colère occasionnels sont dommageables pour la vie, il existe des preuves qui suggèrent que les cris constants sont aussi dommageables émotionnellement pour les enfants que la violence physique.

Alors pourquoi beugler au lieu de rester calme ? Nous crions parce que nous le pouvons, parce que nous avons l’impression que nos enfants n’écoutent pas, parce que nous sommes en colère et que nous n’avons pas d’autres outils sur lesquels nous appuyer sur le moment, explique Devra Renner, co-auteur de Mommy Guilt,

qui considère que le fait de crier est le premier facteur de culpabilité chez les mères d’enfants en âge scolaire.

« Une frustration croissante ne se fait pas entendre parce que nos familles sont fixées à une sorte d’écran », dit Renner. « Les parents sont plus enclins à crier s’ils essaient de parler à un enfant distrait et qui regarde l’écran. »

Ce que disent les experts…

Lancez-le.

Si vous criez régulièrement, vous avez créé un cycle qui est un piège. Vos enfants attendront les cris pour s’assurer que vous êtes sérieux. En fait, les cris réduisent votre influence en vous poussant à une intensité émotionnelle plus grande que la situation ne le justifie – par exemple, en essayant de convaincre votre enfant de prendre ses jouets. Cela donne du pouvoir à votre enfant : Il sait qu’il peut vous contrarier en retardant. C’est voué à l’échec.

Soyez plutôt implacable, mais pas émotionnel. Si vous vous trouvez sur le point de crier, faites une pause ou demandez à votre partenaire d’intervenir. Faire marche arrière pour vous calmer ne signifie pas que vous abandonnez pour de bon.

Carl PickhardtLaisser tomber

.

Augmenter le volume n’est pas le moyen d’obtenir ce que vous voulez. Pire encore, plus les cris sont fréquents, plus il faut s’en servir pour faire le travail. Votre enfant développe une tolérance pour les cris, donc votre voix doit être plus forte, la fréquence plus longue – et bientôt tout le monde crie juste pour être entendu. –

Michele BorbaLancez

le.

Une voix élevée, irritée ou en colère envoie le mauvais message – la perte de contrôle. C’est à ce moment-là que les enfants sont le plus susceptibles de vous tester, car ils se rendent compte que vous êtes accro et commencent à danser.

Votre ton doit plutôt leur montrer que vous êtes ferme, que vous avez le contrôle, que vous êtes respectueux et résolu. Exprimez vos attentes de manière concrète avec votre voix habituelle.

Vos actions transmettront votre message avec plus de force que des mots prononcés à voix haute, alors soyez prêt à agir immédiatement si votre enfant continue à se comporter de manière inconvenante. Au lieu de crier « éteins la télé » pour la troisième fois, éteignez simplement vous-même. – Robert MacKenzie, la série  » Setting Limits

Obliger à s’excuserVous

voulez que votre enfant soit poli, mais un « désolé » murmuré à contrecœur est-il vraiment utile ? Ou cela sert-il simplement à faire honte et à embarrasser votre enfant en public ?

Mais qui parmi nous n’a pas été poussé à s’excuser pour s’être battu avec ses frères et sœurs, avoir insulté ses amis et avoir été un peu trop honnête à propos de ce cadeau ennuyeux de grand-mère ? Si vous avez passé un peu de temps à traîner près d’un bac à sable ces derniers temps, vous savez que les excuses forcées sont encore beaucoup marmonnées sur les terrains de jeu dans tout le pays.

Ce que disent les experts…

Lancez-le.

Forcer des excuses, c’est comme supplier pour un compliment. Les deux sont sans valeur si elles ne sont pas sincèrement données. Les excuses sincères sont importantes car elles concernent deux aspects essentiels de la discipline : la conscience et l’autocorrection.

Les excuses doivent être modelées pour qu’un enfant apprenne à exprimer de véritables remords. Les parents qui refusent d’admettre un acte répréhensible encouragent les enfants à suivre cet exemple.

Essayez plutôt de donner cet exemple à votre enfant : « Je suis désolé pour ce que j’ai dit et si cela t’a blessé. Ma colère n’est pas une excuse. Je ne le répéterai pas ».

Carl

PickhardtLancez-le.

Avec des excuses forcées, le sentiment authentique fait défaut et la leçon est perdue. De plus, certains enfants peuvent avoir du mal à présenter de vraies excuses verbales. Mais ils peuvent écrire une note, faire un dessin ou un petit cadeau, autant de façons acceptables de gérer une situation qui exige des excuses. –

Michele BorbaLancez

le

. Des excuses forcées ne sont pas appropriées à tout âge. Tout ce qu’un parent fait, c’est apprendre à son enfant à mentir. Si un enfant n’est pas désolé mais qu’un parent l’oblige à s’excuser, il s’agit simplement d’aider un parent à se sentir mieux – cela n’a rien à voir avec l’apprentissage de l’empathie par l’enfant.

Au contraire, les parents doivent aider l’enfant à établir un lien avant de le corriger. Il faut d’abord lui demander : « Que s’est-il passé ?

Une fois que l’enfant a eu l’occasion de réfléchir aux conséquences de ses actes et de faire preuve d’empathie à l’égard de l’autre personne, demandez-lui ensuite : « Que pourrais-tu lui dire pour qu’il se sente mieux ? Vous voulez que l’idée vienne de l’enfant. – Jane Nelsen

Put-downsSi

un parent se trouve à recourir au ridicule, à la culpabilité, à la honte et à l’humiliation, il est probable qu’il ait pris cette habitude de ses parents. Je me retrouve à utiliser des phrases comme « Qu’est-ce qui ne va pas avec toi » et « Pourquoi ne peux-tu pas te comporter comme les autres enfants », dit une mère qui a entendu des commentaires similaires en grandissant. « Je suis sûre que cela n’a rien à voir avec l’estime de soi de mon fils, mais cela le met en colère et le rend agressif. Je sais que c’est ce que j’ai ressenti : « 

Les injures

, les rabais et les insultes (« Tu es un si mauvais garçon »), les boucs émissaires et les reproches (« Si tu n’étais pas si maladroit, le vase ne se serait pas cassé ») et les sarcasmes (« C’était malin », prononcé sur un ton moqueur) ne font qu’effrayer ou marquer un enfant. Ces interactions verbales négatives peuvent entraîner des problèmes émotionnels chez l’enfant, tels qu’une mauvaise estime de soi, un manque de contrôle de soi, de l’impulsivité, des problèmes de gestion de la colère, de l’impatience, une incapacité à faire confiance, de l’anxiété et de la dépression.

Ce que disent les experts…

Lancez-le.

Une enquête nationale a révélé que le parent moyen fait 18 commentaires critiques et négatifs à son enfant pour chaque commentaire positif. Comme le dit la vieille chanson, « Il faut accentuer le positif pour éliminer le négatif ». Cherchez des moyens d’encourager les meilleures qualités de votre enfant. –

Michele BorbaLaisser tomber

.

Les parents qui ont recours au dénigrement, aux taquineries, au ridicule et aux critiques nuisent énormément à l’estime de soi de l’enfant. Ces tactiques sont également néfastes : Tout comportement correctif est largement compensé par le coût de la conformité.

Les parents qui s’en prennent verbalement aux enfants ne voient souvent pas la blessure qu’ils causent, mais ne se soucient que de l’obéissance qu’ils reçoivent et de la colère qu’ils expriment. Pour que la punition soit efficace, elle doit être pensée de manière rationnelle et non motivée par l’émotion.

Carl PickhardtLaisser tomber

.

Les messages qui font honte, blâment, critiquent ou humilient vont trop loin. Ils rejettent l’enfant en même temps que la mauvaise conduite. Si vous voulez que votre enfant de 5 ans arrête de pousser son frère à table, un message clair serait « Ne touche pas à ton frère, s’il te plaît » ou « Arrête de pousser ton frère ». et non « Pourquoi dois-tu être si nuisible ? » –

Robert MacKenziePour

en savoir

plus sur la discipline, consultez les conseils

de

Robert MacKenzie

pour les enfants en

bas âge, les enfants d’âge préscolaire ou les grands enfants

.


Sources des articles (certains en anglais)

AAP. 2018. Quelle est la meilleure façon de discipliner mon enfant ? American Academy of Pediatrics. https://www.healthychildren.org/English/family-life/family-dynamics/communication-discipline/Pages/Disciplining-Your-Child.aspx

. [Consulté en juin 2020]

AAP. 2018. Discipline efficace pour élever des enfants en bonne santér. Pediatrics. Décembre 2018, 142 (6) e20183112 ; DOI : https://doi.org/10.1542/peds.2018-3112https://pediatrics.aappublications.org/content/142/6/e20183112

. [Consulté en juin 2020]

AAP. 2018. Où nous en sommes : La fessée. American Academy of Pediatrics… https://www.healthychildren.org/English/family-life/family-dynamics/communication-discipline/Pages/Where-We-Stand-Spanking.aspx

. [Accédé en juin 2020]

Straus, MA et al. 2004. Agression psychologique par les parents américains : Données nationales sur la prévalence, la chronicité et la gravité. Journal of Marriage and Family, février 2004 https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/j.1741-3737.2003.00795.x.

[Accédé en juin 2020]

Wang, MT et al. 2014. Liens longitudinaux entre la discipline verbale sévère des pères et des mères et les problèmes de conduite et les symptômes dépressifs des adolescents. Child Development 85 : 908-923. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3875601/

. [Accédé en juin 2020]

Sarah Henry

Sarah Henry est une écrivaine primée dans le domaine de la santé et de l’alimentation.

|

Retour haut de page