Comprendre la mortinatalité

Partager avec d'autres mamans!

DANS CET ARTICLE

  • Qu’est-ce que la mortinatalité ?
  • Comment diagnostique-t-on la mortinatalité ?
  • Comment un enfant mort-né est-il mis au monde ?
  • Que se passe-t-il après l’accouchement ?
  • Quelles sont les causes de la mortinatalité ?
  • Qu’est-ce qui expose certaines femmes à un risque accru de mortinatalité ?
  • Comment puis-je réduire mon risque de mortinatalité ?
  • J’ai déjà eu un enfant mort-né. Quel est le risque que cela se reproduise ?
  • Où puis-je obtenir plus d’informations ou de l’aide ?

Qu’est-ce que la mortinatalité ?

Lorsqu’un bébé meurt in utero à 20 semaines de grossesse ou plus tard, on parle de mortinatalité. (Lorsqu’une grossesse est perdue avant 20 semaines, on parle de fausse couche.) Environ 1 grossesse sur 160 se termine par un mort-né aux États-Unis. La plupart des mortinaissances ont lieu avant le début du travail, mais un petit nombre d’entre elles se produisent pendant le travail et l’accouchement.

Si vous avez récemment reçu la nouvelle déchirante que votre bébé est mort dans l’utérus, votre chagrin peut être immense. Pour trouver du soutien, consultez la dernière section de cet article ou consultez nos articles sur la façon de faire face à une perte de grossesse et d’honorer un bébé qui meurt pendant la grossesse.

Comment diagnostique-t-on la mortinaissance ?

Une femme enceinte peut remarquer que son bébé ne bouge plus et consulter son prestataire de soins, ou elle peut le découvrir lors d’une visite prénatale régulière. Le prestataire de soins écoute les battements de cœur du bébé à l’aide d’un appareil à ultrasons portatif appelé Doppler. Si le cœur ne bat pas, une échographie est effectuée pour confirmer que le cœur a cessé de battre et que le bébé est mort.

Parfois, l’échographie fournit des informations qui aident à expliquer pourquoi le bébé est mort. Le praticien effectue également des analyses sanguines pour aider à déterminer – ou à exclure – les causes potentielles. En outre, vous pouvez choisir de subir une amniocentèse pour vérifier s’il existe des problèmes chromosomiques qui auraient pu causer ou contribuer à la mortinaissance. (Vous obtiendrez probablement des informations plus complètes sur les chromosomes de votre bébé grâce à une amniocentèse qu’à partir d’échantillons de tissus après l’accouchement).

Comment se déroule l’accouchement d’un enfant mort-né ?

Certaines femmes doivent accoucher sans délai pour des raisons médicales, mais d’autres peuvent être autorisées à attendre un certain temps, pour préparer l’accouchement ou donner une chance au travail de commencer tout seul. Pendant ce temps, leur prestataire les suit de près pour s’assurer qu’elles ne développent pas d’infection ou de problèmes de coagulation sanguine.

Cependant, la plupart des femmes choisissent de faire déclencher le travail peu après avoir appris la mort de leur bébé, soit par un travail et un accouchement, soit par une procédure effectuée sous anesthésie locale ou générale.

Travail et accouchement

Si le col de l’utérus d’une femme n’a pas commencé à se dilater en prévision du travail, son soignant peut insérer un médicament dans son vagin pour déclencher ce processus. Elle reçoit ensuite une perfusion intraveineuse de l’hormone ocytocine (Pitocin) pour stimuler les contractions utérines. La grande majorité des femmes sont capables d’accoucher par voie vaginale.

Dilatation et évacuation (D&E)

Si une femme est encore dans son deuxième trimestre et qu’elle a accès à un praticien expérimenté, elle peut être en mesure de faire enlever le corps du bébé par une procédure appelée dilatation et évacuation (D&E). Pendant la D&E, elle est placée sous anesthésie générale ou sous sédation IV et anesthésie locale pendant que le médecin dilate son col de l’utérus et retire son bébé.

Pour les femmes qui ont le choix entre ces deux options d’accouchement, voici quelques facteurs à prendre en considération :

l’évacuation

peut être un meilleur choix pour les femmes qui préfèrent une procédure rapide et plus

discrète.

Et entre des mains expérimentées,

les femmes sont moins susceptibles d’avoir des complications suite à un D&E qu’à une induction, bien que le risque de complications soit faible pour les deux procédures.

L’induction peut être un meilleur choix pour les femmes qui veulent vivre l’accouchement dans le cadre de leur processus de deuil et qui souhaitent avoir la possibilité de voir et de tenir leur enfant. En outre, l’autopsie du bébé après un accouchement par induction peut fournir plus d’indices sur la cause de la mortinaissance que celle pratiquée après un accouchement par induction.

Que se passe-t-il après l’accouchement ?

Les patients et leurs prestataires de soins doivent discuter au préalable de ce qui se passera. Les patientes peuvent faire savoir à leur prestataire de soins si elles souhaitent tenir leur bébé ou accomplir des rituels culturels ou religieux peu après la naissance.

L’équipe médicale peut effectuer des tests pour essayer de déterminer la cause de la mortinaissance. Elle examine d’abord le placenta, les membranes et le cordon ombilical juste après l’accouchement. Ensuite, ils demandent l’autorisation de faire analyser ces tissus de manière approfondie en laboratoire et de procéder à des tests génétiques et à une autopsie du bébé.

Cela peut être difficile pour les parents qui ont du chagrin pour leur enfant. Et même une évaluation approfondie peut ne pas répondre à la question de savoir pourquoi le bébé est mort.

D’autre part, les parents peuvent apprendre des informations précieuses. Par exemple, si la mortinaissance est le résultat d’un problème génétique, la mère peut être à l’affût lors de sa prochaine grossesse. Elle peut aussi découvrir que la cause est quelque chose qui a peu de chances de se reproduire, comme une infection ou une anomalie congénitale, ce qui peut être rassurant si elle veut retomber enceinte.

Les prestataires peuvent expliquer aux parents ce qu’une autopsie pourrait leur apprendre, comment elle est pratiquée et quel en serait le coût. (Les autopsies ne sont pas toujours couvertes par les assurances et peuvent coûter jusqu’à 1 500 $.) Pour les parents qui décident de ne pas faire pratiquer une autopsie complète, il existe des tests moins invasifs qui peuvent fournir des informations utiles. Il s’agit notamment des rayons X, de l’IRM, des ultrasons et des prélèvements de tissus.

Des

tests sont également effectués sur la mère, ainsi qu’une évaluation approfondie de ses antécédents médicaux, obstétriques et familiaux pour trouver des indices sur la cause de la mortinatalité.

Quelles sont les causes de la mortinatalité ?

Dans de nombreux cas, la cause du décès n’est jamais découverte, même après une enquête approfondie. Et parfois, plusieurs causes contribuent à la mort d’un bébé.

Les causes les plus courantes sont les suivantes :

  • Croissance fœtale insuffisante. Les bébés qui grandissent trop lentement ont un risque sensiblement accru de mortinatalité, en particulier ceux dont la croissance est gravement affectée.
  • Décollement placentaire. Le décollement placentaire, qui se produit lorsque le placenta commence à se séparer de l’utérus avant la naissance d’un bébé, est une autre cause fréquente de mortinatalité.
  • Défauts de naissance. Des anomalies chromosomiques et génétiques, ainsi que des défauts structurels, peuvent entraîner une mortinatalité. Certains bébés mort-nés présentent de multiples anomalies congénitales.
  • Infections. Les infections de la mère, du bébé ou du placenta sont une autre cause importante de mortinatalité, en particulier lorsqu’elles surviennent avant la 28e semaine de grossesse. Les infections connues pour contribuer à la mortinatalité comprennent la cinquième maladie, le cytomégalovirus, la listériose et la syphilis.
  • Accidents de cordon ombilical. Les accidents du cordon ombilical peuvent contribuer à un petit nombre de mortinatalités. Lorsqu’il y a un nœud dans le cordon ou lorsque le cordon n’est pas correctement attaché au placenta, le bébé peut être privé d’oxygène. Les anomalies du cordon sont cependant courantes chez les bébés en bonne santé et sont rarement la cause principale de la mortinatalité.
  • D’autres événements, tels que le manque d’oxygène lors d’un accouchement difficile ou un traumatisme (dû à un accident de voiture, par exemple), peuvent également provoquer une mortinaissance.

Qu’est-ce qui expose certaines femmes à un risque plus élevé de mortinatalité ?

Tout le monde peut avoir un enfant mort-né, mais certaines femmes sont plus à risque que d’autres. Les chances d’avoir un enfant mort-né sont plus élevées si la mère est mort-née :

  • Il y a eu un mort-né ou un retard de croissance intra-utérin lors d’une grossesse précédente. Des antécédents de naissance prématurée, d’hypertension due à la grossesse ou de prééclampsie augmentent également le risque.
  • Avoir une maladie chronique telle que lupus, hypertension, diabète, maladie rénale, thrombophilie (un trouble de la coagulation sanguine) ou maladie de la thyroïde.
  • présente des complications au cours de la grossesse, telles qu’un retard de croissance intra-utérin, une hypertension provoquée par la grossesse, une prééclampsie ou une cholestase de la grossesse.
  • Fume, boit ou consomme certaines drogues de rue pendant la grossesse.
  • Porte des jumeaux ou plus.
  • Est obèse.

D’autres facteurs entrent également en jeu. Les femmes afro-américaines ont environ deux fois plus de chances que les autres femmes américaines d’avoir un enfant mort-né. Les femmes qui n’ont pas eu de bébé sont également plus exposées.

continue de lire  Crampes aux jambes pendant la grossesse

Certaines données suggèrent que les femmes qui tombent enceintes à la suite d’une fécondation in vitro (FIV) ou d’une procédure appelée injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) courent un risque plus élevé de mortinatalité, même si elles ne sont pas porteuses de multiples.

L’âge – à chaque extrémité du spectre – a également une incidence sur le risque. Les adolescentes et les femmes enceintes plus âgées sont plus susceptibles d’avoir un enfant mort-né que les femmes dans la vingtaine et le début de la trentaine. L’augmentation du risque est plus marquée chez les adolescents de moins de 15 ans et les femmes de 40 ans et plus.

Pour les adolescents, les experts pensent que l’immaturité physique et les choix de vie peuvent contribuer à l’augmentation du risque.

Les

femmes plus âgées sont plus susceptibles de concevoir un bébé présentant des anomalies chromosomiques ou congénitales mortelles, d’être atteintes de maladies chroniques comme le diabète et l’hypertension, et de porter des jumeaux, autant de facteurs de risque de mortinatalité.

Comment réduire mon risque de mortinatalité ?

Avant de tomber enceinte

Si vous n’êtes pas encore enceinte, prenez rendez-vous avec votre prestataire de soins pour une visite préconceptionnelle. Cela vous permettra de détecter et de traiter tout problème survenu depuis votre dernière visite. Et si vous souffrez d’une maladie chronique, comme le diabète ou l’hypertension, vous pouvez collaborer avec votre prestataire de soins pour vous assurer qu’elle est sous contrôle avant d’essayer de concevoir un enfant.

Informez votre prestataire de soins de tous les médicaments que vous prenez sur ordonnance, afin qu’il puisse procéder à des ajustements si nécessaire. Avant de prendre des médicaments en vente libre ou à base de plantes, vérifiez auprès de votre prestataire de soins s’ils sont sans danger (et en quelle quantité) pendant la grossesse.

Prenez 400 microgrammes d’acide folique par jour (seul ou sous forme de multivitamines), en commençant au moins un mois avant de commencer à essayer de devenir enceinte. Cela peut réduire considérablement le risque de malformations du tube neural, comme le spina-bifida, chez votre bébé.

Si vous êtes obèse, envisagez de perdre du poids avant d’essayer de concevoir un enfant. (Mais n’essayez jamais de perdre du poids pendant la grossesse.) Votre soignant peut vous aider à trouver le moyen de retrouver un poids sain. Les directives de l’Institute of Medicine recommandent aux femmes enceintes obèses de limiter leur prise de poids à un poids compris entre 11 et 20 livres.

Pendant votre grossesse

Ne fumez pas, ne buvez pas d’alcool et ne consommez pas de drogues de rue pendant la grossesse. Si vous avez des difficultés à arrêter de fumer, de boire de l’alcool ou de consommer des drogues, demandez à votre prestataire de soins de vous orienter vers un programme qui peut vous aider à arrêter.

Des

recherches ont montré que les femmes qui arrêtent de fumer après leur première grossesse réduisent leur risque de mortinatalité lors de la grossesse suivante au même niveau que les non-fumeuses.

Appelez immédiatement votre prestataire de soins si vous avez des saignements vaginaux au cours du deuxième ou du troisième trimestre

.

Cela peut être un signe de décollement placentaire. D’autres signes à signaler immédiatement à votre prestataire sont la sensibilité utérine, des douleurs dorsales, des contractions fréquentes ou une contraction qui reste dure (comme une crampe qui ne disparaît pas), et une diminution de l’activité de votre bébé.

Votre praticien peut vous recommander de faire un décompte quotidien des coups de pied à partir de la 28e semaine de grossesse environ. L’une des méthodes consiste à noter le temps que met le bébé à faire dix mouvements distincts. Si vous comptez moins de dix coups de pied en deux heures, ou si vous avez l’impression que votre bébé bouge moins que d’habitude, contactez immédiatement votre prestataire de soins afin d’être évaluée et suivie, si nécessaire.

Soyez consciente des autres symptômes qui pourraient signaler un problème pendant la grossesse et appelez votre prestataire de soins sans tarder si vous soupçonnez que quelque chose ne va pas.

Si vous avez déjà eu un mort-né (ou si vous avez une grossesse à haut risque pour d’autres raisons), vous serez suivie de près tout au long de la grossesse et vous commencerez à faire des tests sur le fœtus au cours du troisième trimestre, généralement à partir de la 32e semaine. Vous passerez des tests pour surveiller le rythme cardiaque de votre bébé, y compris des tests sans stress et des profils biophysiques. Si les résultats indiquent qu’il serait préférable que votre bébé naisse plutôt que de rester dans l’utérus, vous serez mise enceinte ou subirez une césarienne.

J’ai eu un mort-né. Quel est le risque que cela se reproduise ?

Si votre équipe médicale a pu déterminer la cause de votre mortinatalité, elle pourra peut-être vous fournir des informations sur vos chances de subir une autre perte.

Les chances sont plus grandes, par exemple, si vous souffrez d’un problème médical toujours présent, comme un lupus, une hypertension chronique ou un diabète, ou si vous avez eu une complication de la grossesse qui rend un autre mort-né plus probable, comme un décollement placentaire.

Mais même si la cause de votre mortinatalité ne risque pas de se reproduire, vous pouvez être très anxieuse lors de futures grossesses. Il est difficile de ne pas craindre que cela se reproduise.

Examinez votre situation avec votre prestataire de soins avant d’essayer de tomber enceinte à nouveau. (Si vous consultez un autre prestataire de soins, assurez-vous que celui-ci a accès à votre dossier complet, y compris aux résultats de laboratoire.)

Vous pouvez également consulter un périnatologue (un spécialiste des risques élevés), s’il y en a un dans votre communauté, et d’autres spécialistes, si nécessaire. Par exemple, si votre bébé souffre d’un trouble génétique, un conseiller génétique peut vous aider à comprendre votre risque de mortinatalité ou d’autres complications lors d’une autre grossesse.

Où puis-je obtenir plus d’informations ou de l’aide ?


Sources des articles (certains en anglais)

ACOG. 2009. Bulletin pratique 102 : Gestion de la mortinatalité. Collège américain des obstétriciens et gynécologues.

Belkin T, et al. 2007. Options de prise en charge des femmes ayant subi une perte fœtale au milieu du trimestre : A case report. Journal of Midwifery & Women’s Health 52(2):164-7.

Froen JF, et al. 2009. Making stillbirths count, making numbers talk – Issues in data collection for stillbirths. BMC Pregnancy and Childbirth 9:58 http://www.biomedcentral.com/1471-2393/9/58

/abstractGetahun D, et al. 2009. L’association entre la mortinatalité lors de la première grossesse et les conséquences périnatales négatives qui en découlent. American Journal of Obstetrics and Gynecology 201(4):378.e1-6.

MacDorman MF, et al. 2009. Mortalité fœtale et périnatale, États-Unis, 2005. National Vital Statistics Report 57(8):1-20

.

Reddy UM, et al. 2010. Facteurs de risque de la grossesse pour la mortinatalité antepartum aux États-Unis. Obstetrics & Gynecology 116(5):1119-26

.

Reddy UM. 2007. Prévision et prévention de la mortinatalité récurrente.

Obstétrique & Gynécologie

110(5):1151-64.

Silver RM. 2007. Mort fœtale.

Obstétrique

& Gynécologie 109(1):153-67

.

Willinger M, et al. 2009. Disparités raciales en matière de mortinatalité pendant la gestation aux États-Unis. American Journal of Obstetrics and Gynecology 201(5):469.e1-e8

.

Wisborg, K, et al. 2010. FIV et mortinatalité : Une étude prospective de suivi. Human Reproduction 25(5):1312-1316.

Kate Marple

Kate Marple est une journaliste primée qui a plus de 25 ans d’expérience dans l’écriture et la rédaction de contenus sur la santé.

Retour haut de page