Prééclampsie : Signes, causes, facteurs de risque et traitement

Partager avec d'autres mamans!

doctor taking woman's blood pressureDANS CET ARTICLE

  • Qu’est-ce que la prééclampsie ?
  • Comment la prééclampsie peut-elle nous affecter, moi et mon bébé ?
  • Signes et symptômes de la prééclampsie
  • Qu’est-ce que le syndrome HELLP ?
  • Qu’est-ce que l’éclampsie ?
  • Quelles sont les causes de la prééclampsie ?
  • Facteurs de risque de la prééclampsie
  • Comment diagnostique-t-on la prééclampsie ?
  • Comment traite-t-on la prééclampsie ?
  • Que faire si je développe une prééclampsie après l’accouchement ?
  • Peut-on prévenir la prééclampsie ?
  • En savoir plus sur la prééclampsie

Qu’est-ce que la prééclampsie ?

La prééclampsie est une complication de la grossesse qui provoque de l’hypertension artérielle, des lésions rénales et d’autres problèmes. C’est une maladie potentiellement mortelle qui touche environ 5 % des femmes enceintes aux États-Unis.

La prééclampsie peut ne provoquer aucun symptôme visible, mais peut néanmoins être très dangereuse pour vous et votre bébé, même si vous vous sentez bien. Votre prestataire de soins de santé vous dépistera lors de chaque visite prénatale en prenant votre tension artérielle et, si elle est élevée, en analysant vos urines pour vérifier la présence de protéines.

La prééclampsie se développe le plus souvent au cours du dernier trimestre, mais elle peut survenir à tout moment au cours de la deuxième moitié de la grossesse, pendant le travail ou même jusqu’à six semaines après l’accouchement.

Comment la prééclampsie peut-elle nous affecter, moi et mon bébé ?

La plupart des femmes qui souffrent de prééclampsie la développent à l’approche de la date prévue de leur accouchement et s’en sortent bien avec des soins appropriés. Mais plus vous la contractez tôt et plus elle est grave, plus les risques sont grands pour vous et votre bébé.

Voici ce qui peut arriver :

  • L’hypertension artérielle et la réduction du débit sanguin peuvent affecter le foie, les reins, le cerveau et d’autres organes délicats.
  • Une diminution du flux sanguin vers l’utérus peut entraîner des problèmes pour le bébé, tels qu’une croissance insuffisante, un manque de liquide amniotique et un décollement placentaire (lorsque le placenta se sépare de la paroi utérine avant l’accouchement).
  • Vous devrez peut-être accoucher plus tôt si l’état est grave ou s’aggrave. Dans ce cas, votre bébé peut souffrir des effets de la prématurité.
  • Si elle n’est pas bien gérée, la prééclampsie peut entraîner des complications très graves telles que l’éclampsie (marquée par des convulsions) et le syndrome HELLP, qui affecte le sang et le foie.
  • La prééclampsie est connue pour augmenter le risque de maladie cardiaque plus tard dans la vie.

Signes et symptômes de la prééclampsieLa prééclampsie

ne

provoque pas toujours des symptômes visibles, surtout aux premiers stades, et les symptômes peuvent également varier d’une femme

à l’autre.

Certains signes de prééclampsie, tels que le gonflement, les nausées et la prise de poids, peuvent sembler être des symptômes normaux de la grossesse. Il est donc important d’être attentif à tout signe d’alerte potentiel.

Les gonflements inhabituels sont les plus fréquents, alors appelez votre prestataire de soins si vous en avez :

  • Remarquez un gonflement de votre visage ou une bouffissure autour de vos yeux
  • Vous avez plus qu’un léger gonflement dans les mains
  • présenter un gonflement soudain ou excessif des pieds ou des chevilles
  • Gagner plus de 4 livres en une semaine (souvent à cause de la rétention d’eau)

Remarque :

toutes les femmes souffrant de prééclampsie ne présentent pas un gonflement évident ou une prise de poids importante, et toutes les femmes présentant un gonflement ou une prise de poids rapide ne souffrent pas de prééclampsie.
Appelez immédiatement votre prestataire de soins (ou le 911

) si vous présentez l’un de ces signes avant-coureurs de prééclampsie grave ou de syndrome HELLP

:

  • Maux de tête sévères ou persistants
  • Changements de la vision, notamment vision double, flou, apparition de taches ou de lumières clignotantes, sensibilité à la lumière ou perte temporaire de la vision
  • Douleur ou sensibilité intense dans le haut de l’abdomen
  • Difficulté à respirer

Qu’est-ce

que le syndrome HELLP ?

Il s’agit d’une affection potentiellement mortelle qui se développe chez 4 à 12 % des femmes souffrant de prééclampsie. Certaines femmes développent le syndrome HELLP sans qu’un diagnostic de prééclampsie ait été posé, c’est pourquoi certains experts pensent qu’il s’agit d’une variante de la prééclampsie.

HELLP

est l’abréviation de :

  • Hémolyse (dégradation des globules rouges)
  • Enzymeshépatiques élevées
  • Faible taux deplaquettes (les cellules sanguines nécessaires à la coagulation)

Qu’est-ce que l’éclampsie ?

Dans de rares cas, la prééclampsie peut entraîner des crises d’épilepsie, une affection appelée éclampsie. L’éclampsie peut être mortelle pour vous et votre bébé.

Les crises peuvent être précédées de symptômes tels que

  • Maux de tête sévères ou persistants
  • Changements de la vision, notamment une vision floue, des taches de vision ou une sensibilité à la lumière
  • Confusion mentale
  • Douleurs abdominales intenses dans le haut du corps

Quelles sont les causes de la prééclampsie ?

Les experts pensent que la prééclampsie est causée par une réduction du flux sanguin vers le placenta et que, dans de nombreux cas, elle débute en fait au début de la grossesse, bien avant que les symptômes ne deviennent évidents. Cela peut se produire si le placenta ne s’implante pas correctement dans la paroi de l’utérus et que les artères de cette zone ne se dilatent pas comme elles le devraient, ce qui signifie que moins de sang atteint le placenta. Des affections telles que l’hypertension chronique et le diabète peuvent également entraîner une diminution du flux sanguin vers le placenta.

Il est également prouvé que les modifications du flux sanguin vers le placenta déclenchent la libération de niveaux élevés de certaines protéines placentaires dans le sang. Cela peut déclencher une chaîne complexe de réactions qui comprend :

  • Vaisseaux sanguins rétrécis (entraînant une hypertension artérielle)
  • Dommages aux parois des vaisseaux (entraînant un gonflement et la présence de protéines dans l’urine)
  • Réduction du volume sanguin
  • Changements dans la coagulation du sang

On ne comprend pas bien pourquoi cela arrive à certaines femmes et pas à d’autres, et il n’y a probablement pas d’explication unique. La génétique, la nutrition, certaines maladies sous-jacentes, la façon dont votre système immunitaire réagit à la grossesse et d’autres facteurs peuvent tous jouer un rôle.

Facteurs de risque de la prééclampsieIl

est plus courant de contracter une prééclampsie lors d’une première grossesse. Cependant, une fois que vous avez eu une prééclampsie, vous avez plus de chances de la développer à nouveau lors de grossesses ultérieures. Plus l’affection est grave et plus elle apparaît tôt, plus votre risque est élevé.

  • Si vous avez eu une prééclampsie à la toute fin de votre grossesse précédente, le risque que cela se reproduise est assez faible – environ 13 %.
  • Si vous avez développé une prééclampsie sévère avant la 29e semaine de grossesse, vos chances de la retrouver sont de 40 %, voire plus.
  • Si vous avez eu une prééclampsie au cours de deux grossesses précédentes, le risque de l’attraper au cours d’une troisième grossesse est d’environ 30 %.

Parmi les autres facteurs de risque de la prééclampsie, on peut citer

  • Antécédents familiaux de prééclampsie
  • Être obèse (avoir un indice de masse corporelle de 30 ou plus)
  • Porter des jumeaux ou plus
  • Avoir moins de 20 ans ou plus de 35 ans
  • Avoir recours à la fécondation in vitro (FIV)

Certains problèmes de santé augmentent également le risque de développer une prééclampsie. Il s’agit notamment des facteurs suivants

  • L’hypertension chronique ou l’hypertension gestationnelle
  • Certains troubles de la coagulation sanguine, tels que la thrombophilie ou le syndrome des antiphospholipides
  • Diabète ou maladie rénale
  • Maladies auto-immunes, telles que le lupus

Si vous présentez un risque de prééclampsie, votre prestataire de soins peut prévoir des visites prénatales plus fréquentes au cours du troisième trimestre pour vous surveiller de près.

Comment la prééclampsie est-elle diagnostiquée ?

Votre prestataire de soins vérifiera la présence d’hypertension et de protéines dans vos urines et pourra également vous faire passer d’autres tests.

  • Hypertension artérielle. Votre pression artérielle est considérée comme élevée si vous avez une lecture systolique de 140 ou plus (le chiffre supérieur) ou une lecture diastolique de 90 ou plus (le chiffre inférieur). Comme la pression artérielle varie au cours de la journée, vous aurez plus d’une mesure pour confirmer qu’elle est constamment élevée.
  • Protéines dans l’urine. Vous pouvez faire un test unique pour vérifier le rapport protéines/créatinine (la créatinine est un déchet que vos reins doivent filtrer). Ou bien vous pouvez avoir besoin de collecter toute votre urine pendant 24 heures pour vérifier la quantité totale de protéines.
  • Tests sanguins. Si vous souffrez de prééclampsie, votre prestataire de soins vous demandera de passer régulièrement des examens sanguins, notamment une formule sanguine complète (CBC) et des tests de fonctionnement du foie et des reins. Ces tests permettent également de dépister le syndrome HELLP.
  • Tests de santé du bébé. Vous aurez probablement une échographie pour vérifier la croissance de votre bébé, si vous n’en avez pas eu récemment, et éventuellement un profil biophysique ou un test de non stress pour voir comment votre bébé se porte.
continue de lire  Est-il prudent de s'asseoir dans un jacuzzi pendant la grossesse ?

Si un diagnostic de prééclampsie est posé, vous et votre bébé serez suivis de près pendant le reste de votre grossesse.

Comment la prééclampsie est-elle traitée ?

Médicaments

On vous donnera des médicaments pour abaisser votre tension artérielle si elle est extrêmement élevée.

Si vous souffrez de prééclampsie grave, on vous administrera un médicament par voie intraveineuse appelé sulfate de magnésium. Ce médicament a pour but de prévenir l’éclampsie (crises d’épilepsie). Le sulfate de magnésium peut avoir des effets secondaires désagréables chez certaines femmes, notamment des nausées, des symptômes de type grippal, de la fatigue et de la soif.

Reste

Certains prestataires peuvent vous recommander de limiter vos activités car votre tension artérielle est généralement plus basse lorsque vous prenez votre temps. Mais l’alitement complet, dans lequel vous êtes confinée au lit pendant une période prolongée, augmente le risque de formation de caillots sanguins et n’est pas recommandé.

Hospitalisation

Si, à un moment donné, vos symptômes indiquent que votre état s’aggrave ou que votre bébé ne se développe pas, vous serez admise à l’hôpital et devrez probablement accoucher plus tôt. Il n’est pas rare que la prééclampsie s’aggrave pendant l’accouchement, c’est pourquoi vous serez suivie de très près tout au long de la naissance.

Si vous souffrez d’une prééclampsie grave (techniquement appelée « prééclampsie avec caractéristiques graves »), vous devrez passer le reste de votre grossesse à l’hôpital. Vous pouvez être transférée dans un hôpital où un spécialiste des grossesses à haut risque peut vous soigner.

Livraison

La seule façon de « traiter » la prééclampsie est de mettre le bébé au monde. Si votre prééclampsie s’aggrave ou si votre bébé ne se développe pas, vous serez mise enceinte ou accoucherez par césarienne, quel que soit le stade de votre grossesse.

Si votre état est stable :

  • Si vous n’êtes pas encore à 37 semaines, que votre prééclampsie n’est pas grave et que votre bébé est en bonne condition, vous n’aurez probablement pas besoin d’accoucher tout de suite. Vous pourriez rester à l’hôpital pour être suivie. Ou vous pourriez être renvoyée à la maison où vous devrez peut-être surveiller votre tension artérielle.
  • Si vous êtes à 37 semaines ou plus, vous serez probablement accouchée, surtout si votre col de l’utérus commence à s’amincir et à se dilater. (Vous aurez une césarienne s’il y a des signes que vous ou votre bébé ne pourrez pas tolérer le travail).

Si vous ou votre bébé n’allez pas bien :

  • Si vous êtes à 34 semaines ou plus tard, vous pouvez être provoquée ou, dans certaines situations, accoucher par césarienne.
  • Si vous n’êtes pas encore à 34 semaines, on vous donnera peut-être des corticostéroïdes pour aider les poumons de votre bébé à se développer plus rapidement. Si vous n’accouchez pas immédiatement, vous et votre bébé serez suivis de très près.

Après l’accouchement

Après l’accouchement, vous resterez sous étroite surveillance pendant quelques jours. La plupart des femmes, en particulier celles qui souffrent de prééclampsie moins grave, voient leur tension artérielle commencer à baisser en un jour ou deux. Dans les cas graves, elle peut rester élevée plus longtemps.

Si votre tension artérielle reste élevée, on vous administrera probablement du sulfate de magnésium par voie intraveineuse pendant au moins 24 heures après l’accouchement afin de prévenir les crises. (Vous devrez peut-être aussi prendre des médicaments pour la tension artérielle à la maison).

Que faire si je développe une prééclampsie après l’accouchement ?

Si vous développez une prééclampsie pendant ou après l’accouchement, vous serez suivie de près. Selon votre situation, on vous donnera peut-être du sulfate de magnésium pour prévenir les crises et des médicaments pour réduire votre tension artérielle.

Parfois, des cas de prééclampsie, d’éclampsie et de syndrome HELLP se développent après l’accouchement, généralement dans les premières 48 heures, mais pas plus de six semaines après l’accouchement.

Vous devrez probablement faire contrôler votre tension artérielle dans la semaine qui suit votre sortie de l’hôpital, mais si vous commencez à ressentir des symptômes de prééclampsie ou de HELLP, tels qu’un mal de tête intense, une douleur en hauteur dans l’abdomen ou des changements dans votre vision, contactez immédiatement votre prestataire de soins.

Pouvez-vous prévenir la prééclampsie ?

Un traitement par aspirine à faible dose peut prévenir la prééclampsie. Selon les directives, les femmes à haut risque peuvent commencer à prendre de faibles doses d’aspirine après 12 semaines de grossesse. Demandez à votre prestataire de soins si cela vous convient. Ne prenez jamais d’aspirine pendant la grossesse, sauf si votre prestataire vous le conseille.

À part cela, la meilleure chose à faire est d’obtenir de bons soins prénataux et de respecter tous vos rendez-vous. À chaque visite, votre prestataire de soins vérifiera votre tension artérielle. Il est également important de connaître les signes avant-coureurs de la prééclampsie afin de pouvoir alerter votre prestataire de soins et commencer le traitement dès que possible.

Si vous n’êtes pas enceinte, vous pouvez essayer de réduire vos risques en atteignant un poids santé et en surveillant votre tension artérielle. Si vous souffrez d’une maladie chronique qui augmente votre risque, comme le diabète ou le lupus, travaillez avec votre médecin pour le gérer au mieux avant de tomber enceinte.

Pour en savoir

plus sur la prééclampsie, appelez

la Preeclampsia Foundation au (800) 665-9341 ou visitez pre

eclampsia

.org

.

Visitez le site web de la Society for Maternal-Fetal Medicine pour plus d’informations et pour trouver un spécialiste de la MFM

près de chez vous.


Sources des articles (certains en anglais)

ACOG Practice Bulletin 202. 2019. Hypertension gestationnelle et prééclampsie. American College of Obstetricians and Gynecologists. https://www.acog.org/clinical/clinical-guidance/practice-bulletin/articles/2019/01/gestational-hypertension-and-preeclampsia

[consulté en avril 2020]

Leeman L, et al. 2016. Troubles hypertensifs de la grossesse. American Family Physician 93(2):121-127. https://www.aafp.org/afp/2016/0115/p121.html [consulté

en avril 2020]

Rana et. al. 2019. Prééclampsie : Physiopathologie, défis et perspectives. Circulation Research 124:1094-1112. https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/CIRCRESAHA.118.313276

[consulté en avril 2020]

USPSTF. 2014. Déclaration de recommandation finale : Utilisation d’aspirine à faible dose pour la prévention de la morbidité et de la mortalité dues à la prééclampsie : Médicaments préventifs. U.S. Preventive Services Task Force. https://www.uspreventiveservicestaskforce.org/Page/Document/RecommendationStatementFinal/low-dose-aspirin-use-for-the-prevention-of-morbidity-and-mortality-from-preeclampsia-preventive-medication

[consulté en avril 2020]

Kate Marple

Kate Marple est une journaliste primée qui a plus de 25 ans d’expérience dans l’écriture et la rédaction de contenus sur la santé.

Retour haut de page