Les avantages surprenants de l’accouchement naturel

Partager avec d'autres mamans!

La naissance est passée d’un processus biologique normal à un événement médicalisé. La péridurale, la pitocine et les intraveineuses sont la norme, mais pas toujours.

Il n’est pas nécessaire que ce soit ainsi…

Et vraiment, il ne devrait pas en être ainsi pour la santé du bébé et de la maman.

Si les interventions médicales peuvent sauver des vies et le font dans un petit pourcentage de naissances, la majorité des travaux peuvent se dérouler comme la nature l’a voulu. En tant que mamans naturelles, nous devons reprendre cette expérience !

L’accouchement naturel est un rite de passage extraordinaire, mais vous serez peut-être surprise de constater à quel point il est bénéfique pour le bébé et la maman.

Voici les 13 avantages d’un accouchement naturel.

1. Liberté pendant l’accouchement

Avoir une péridurale, des intraveineuses ou une surveillance électronique continue du foetus (EFM) signifie généralement que vous serez alité, incapable de marcher ou de changer de position alors qu’il serait bénéfique de le faire. De nombreuses mères ne se rendent pas compte qu’elles recevront un cathéter une fois la péridurale administrée, alors oubliez le travail aux toilettes !

L’accouchement naturel vous permet de bouger librement et de travailler avec votre corps pour mettre au monde votre bébé. La liberté de mouvement rend l’accouchement plus facile, et parfois plus rapide. Les femmes qui marchent et changent de position pendant l’accouchement bénéficient d’un confort accru, sont plus susceptibles d’accoucher par voie vaginale et ont le sentiment de mieux maîtriser leur expérience.

continue de lire  Les tests de grossesse périmés sont-ils exacts ? (Ce que vous devez savoir)

La liberté de manger et de boire pendant l’accouchement est un autre moyen pour les femmes d’accoucher plus facilement grâce à l’accouchement naturel. Une femme bien nourrie et hydratée est une femme forte, prête à affronter le dur labeur de l’accouchement.

2. Éviter la cascade d’interventions

Chaque intervention inutile peut entraîner d’autres interventions, y compris la césarienne. Lorsque la naissance commence seule et se poursuit sur son propre temps, la mère a moins de chances d’avoir besoin de ces interventions.

Par exemple, si vous avez une péridurale, le travail risque de ralentir, ce qui peut signifier que votre médecin vous donnera de la Pitocine pour faire avancer le travail. De même, si le travail est déclenché et que votre corps et votre bébé n’étaient pas prêts, vous ne produirez pas d’ocytocine naturelle pour commencer les contractions. Vous aurez alors besoin de Pitocin pour que les contractions se déclenchent.

La pitocine a le potentiel de créer des contractions intenses et fréquentes qui ne permettent pas à la mère ou au bébé de se reposer, ce qui peut réduire l’apport d’oxygène au bébé. Si le bébé est en détresse, de nombreux médecins recommanderont une césarienne.

3. Éviter la césarienne

L’accouchement naturel réduit le risque d’accouchement par césarienne. Le simple fait de planifier un accouchement naturel avec des sages-femmes professionnelles qualifiées réduit le risque d’avoir une césarienne de 30 % à environ 5 %. L’embauche d’une doula réduit le risque de césarienne de 60 à 80 %.

Un certain nombre d’études ont été menées pour déterminer si les péridurales entraînent un risque plus élevé de césarienne et aucune n’a trouvé de lien direct. Malheureusement, ces études sont imparfaites car elles comparent l’anesthésie épidurale à un soulagement de la douleur par des narcotiques plutôt qu’à un travail sans médicaments. Cependant, nous savons que les péridurales augmentent le risque de recours aux forceps ou à la ventouse obstétricale, qui sont liés à un risque plus élevé de césarienne.

Nous savons également que, bien que la surveillance électronique continue du foetus (EFM) ne soit pas fondée sur des preuves, même chez les mères à haut risque, la plupart des obstétriciens vous demanderont d’être surveillés en permanence pendant une péridurale (et dans certains autres cas également). Dans une étude Cochrane, la surveillance électronique continue du foetus a été associée à une augmentation de l’utilisation d’analgésiques, de césariennes et d’accouchements vaginaux avec instruments, y compris les forceps et l’extraction par aspiration.

4. Un travail plus court et plus facile

Lors d’un accouchement naturel, l’ocytocine signale à l’utérus de commencer à se contracter et au cerveau d’envoyer des endorphines, l’analgésique naturel. Elle signale également au cerveau de continuer à envoyer de l’ocytocine qui atteindra un pic pendant la phase de poussée.

Les péridurales interfèrent avec cette cascade normale d’hormones du travail et peuvent ralentir le travail de manière significative. Souvent, la pitocine est recommandée pour faire progresser le travail.

Lorsque vous avez une péridurale, vous ne pouvez pas sentir le bas de votre corps et vous ne pouvez donc pas changer de position lorsque cela serait bénéfique. De plus, si vous ne sentez pas vos contractions, vous ne pouvez pas pousser au bon moment et avec la bonne force pour aider le bébé à sortir, ce qui entraîne un travail plus dur et plus long.

5. Plus sûr pour le bébé

L’utilisation d’une péridurale peut provoquer une chute soudaine de la pression artérielle de la mère, ce qui signifie que le sang riche en oxygène est moins pompé vers le bébé. Cela peut entraîner une détresse fœtale et de nombreux praticiens recommanderont une césarienne.

Après une péridurale, les bébés sont moins alertes, moins capables de s’orienter et ont des mouvements moins organisés jusqu’à un mois après la naissance. Votre corps et le placenta aident le bébé à éliminer les toxines pendant qu’il est dans votre utérus. Cependant, une fois qu’il est né, son foie de nouveau-né devra le faire seul, ce qui signifie qu’il faut parfois plus de temps aux bébés pour se débarrasser des drogues et des toxines présentes dans leur système.

Les analgésiques narcotiques peuvent également provoquer des effets secondaires supplémentaires chez le bébé. Parmi ceux-ci, on peut citer

  • dépression du système nerveux central
  • Dépression respiratoire
  • Allaitement maternel précoce perturbé
  • Comportement neurologique altéré
  • Diminution de la capacité à réguler la température du corps

En raison de ces effets secondaires, le bébé peut avoir besoin de médicaments supplémentaires.

6. Vous êtes présente pendant l’accouchement naturel

Le soulagement de la douleur par des narcotiques peut rendre la mère et le bébé groggy et « hors d’état de nuire ». En renonçant à ce type de soulagement de la douleur, vous pourrez rester présente lors de la naissance de votre bébé. Même un soulagement de la douleur par péridurale peut vous donner l’impression d’être déconnectée de la naissance de votre enfant. Bien que les médicaments ne vous fassent pas somnoler, l’absence de sensation et de lien avec l’acte physique de l’accouchement peut vous donner l’impression d’être déconnectée de l’expérience. Il faut dire à certaines mères quand il faut pousser parce qu’elles n’en ressentent pas l’envie. Les mères peuvent également avoir une « gueule de bois » épidurale ou ressentir des démangeaisons à la suite de l’intervention.

En revanche, l’accouchement naturel non médicalisé requiert toute votre attention. Certaines femmes le décrivent comme « autre chose du monde » en raison du lien entre l’esprit et le corps qui doit se produire lors de la naissance. Avec la ruée vers les endorphines naturelles, certaines mères Profitez de donner naissance plutôt que de simplement souffrir.

7. L’accouchement naturel donne du pouvoir

L’accouchement naturel soutient l’idée que l’accouchement est un rite de passage. Grâce au sang, à la sueur et aux larmes que vous mettez à la naissance, il se produit quelque chose de vraiment transformationnel. Certains aiment à dire que l’on naît comme une jeune fille et que l’on en ressort comme une mère. Les partisans de l’accouchement naturel savent que ce voyage vers la maternité est nécessaire. Ils savent que c’est un moyen pour une femme d’accoucher selon ses propres conditions. De faire des choix pour elle-même et son bébé sans contrainte, sans culpabilité et sans ridicule. La mère a besoin de se sentir responsabilisée et encouragée dans le déroulement de sa naissance.

8. Un meilleur allaitement maternel juste après l’accouchement

Un bébé qui dort ne s’allaite pas aussi bien. Moins il mange, plus il s’endort et moins il tète. La relation d’allaitement peut alors commencer avec quelques difficultés. La pitocine peut provoquer une jaunisse chez certains nouveau-nés, ce qui rend les bébés léthargiques et somnolents. Les analgésiques narcotiques peuvent également provoquer la somnolence chez le bébé, tandis que certaines données indiquent que les péridurales sont associées à un taux réduit de réussite de l’allaitement.

Selon la Ligue internationale La Leche, les analgésiques ou l’anesthésie peuvent contribuer aux problèmes d’allaitement :

  • Le bébé et/ou la mère peuvent être somnolents ou moins alertes et retarder ainsi le premier allaitement.
  • La capacité du bébé à téter, à avaler et à respirer peut être désorganisée.
  • Le réflexe d’enracinement et de succion du bébé peut être retardé et déprimé.

Le moment le plus important pour établir une relation d’allaitement se situe dans les minutes et les heures qui suivent la naissance. Si la mère et le bébé sont somnolents, groggy ou désorientés, ils risquent beaucoup plus de rater l’occasion de commencer l’allaitement au moment optimal.

Les césariennes ont également été associées à des difficultés d’allaitement (principalement en raison du protocole hospitalier qui fait obstacle), ainsi qu’à un retard dans la production de lait en raison de l’émoussement des cascades hormonales qui se produisent normalement lors d’un accouchement naturel.

9. Une récupération plus rapide

Sans le brouillard des médicaments ou la douleur de la chirurgie, les mères qui vivent un accouchement naturel peuvent se rétablir rapidement et être présentes dès la naissance. Les mères ressentent un taux élevé d’ocytocine qui leur donne un regain d’énergie pour câliner leur bébé et commencer le contact peau à peau, l’allaitement et le contact visuel, ce qui renforce la cascade d’ocytocine. De nombreuses mères se lèvent et se promènent peu après l’accouchement naturel.

10. L’accouchement naturel améliore la santé de la flore intestinale

L’accouchement naturel est bénéfique pour les bébés dans leur ventre. Les bactéries intestinales jouent un rôle important dans la construction et le maintien d’un système immunitaire fort et d’une bonne digestion. Les bébés nés par voie vaginale ont une flore intestinale plus diversifiée qu’ils acquièrent dans le canal de naissance.

Des recherches ont montré que les bébés nés par césarienne ont une flore intestinale moins diversifiée et sont plus susceptibles d’avoir des bactéries cutanées nocives comme le staphylocoque et le streptocoque qui sont généralement présents sur la peau. Il se peut donc que les bébés nés par césarienne n’entrent pas en contact avec les bactéries vaginales mais qu’ils obtiennent leur première colonisation en salle d’opération à partir de la peau de leur mère ou de celle des praticiens.

L’allaitement est un autre moyen pour le bébé de développer un intestin sain, de sorte que l’allaitement devient encore plus important après une césarienne.

11. Diminution du risque de maladie chez l’adulte

Comme nous l’avons mentionné, la santé intestinale est essentielle au bien-être général. Une flore intestinale saine et précoce semble être la clé pour apprendre au système immunitaire des nourrissons ce qu’il faut attaquer et ce qu’il faut permettre, ce qui signifie que l’auto-immunité est apprise tôt.

Une recherche récente, publiée dans le British Medical Journal, a révélé que les bébés césariennes sont plus susceptibles de développer de l’obésité, de l’asthme et du diabète de type 1 lorsqu’ils vieillissent.

Nous savons également que les bébés césariens sont plus souvent hospitalisés pour l’asthme, la polyarthrite rhumatoïde juvénile, les troubles intestinaux inflammatoires, les défauts du système immunitaire, la leucémie et d’autres troubles tissulaires au cours de leur vie. Ils ont également 20 % plus de risques de développer de l’asthme et environ 40 % plus de risques de développer des défauts immunitaires.

Bien qu’elle ne soit pas directement liée à l’accouchement par césarienne, une flore intestinale malsaine a été associée aux allergies, à l’auto-immunité, aux maladies vasculaires, à certains cancers, à la dépression/anxiété, aux troubles neurodégénératifs et au diabète de type 2, il est donc logique qu’une flore intestinale malsaine à un stade précoce puisse contribuer à ces maladies plus tard dans la vie.

Tout n’est pas perdu si un enfant doit naître par césarienne. Ces interventions médicales peuvent sauver des vies et sont absolument nécessaires dans environ 10 % des naissances. Une mère peut optimiser son opération en optant pour une césarienne en douceur. Cette pratique contribuera à améliorer la santé de son nouveau-né et à créer certains des avantages d’un accouchement naturel.

12. Un meilleur développement du cerveau

Une équipe de chercheurs a découvert que l’accouchement naturel déclenche la libération d’une protéine dans le cerveau du nouveau-né qui améliore le développement et le fonctionnement du cerveau à l’âge adulte. Cette protéine (UCP2), qui régule les comportements liés à la mémoire, l’apprentissage, la conscience spatiale et la réponse au stress, est libérée lorsque l’hippocampe est stimulé dans le canal de naissance. Par ailleurs, le cerveau des bébés ayant subi une césarienne peut avoir une mauvaise expression de cette même protéine.

En outre, la protéine aide les cellules à métaboliser les graisses, qui sont un composant principal du lait maternel, ce qui suggère que le déclenchement de la protéine UCP2 par la naissance vaginale peut aider les nouveau-nés à passer à l’allaitement. Par conséquent, le manque de cette protéine peut également contribuer à ce que les bébés ayant subi une césarienne et les mères aient plus de difficultés à allaiter.

13. Une meilleure motricité fine et de meilleures aptitudes sociales

Comme si le faible risque de transfusion sanguine, l’anémie et le faible volume sanguin n’étaient pas des raisons suffisantes pour exiger un retard dans le clampage du cordon, des recherches ont montré qu’il existe un autre avantage surprenant à ce choix d’accouchement naturel.

Une étude a montré que les bébés qui ont subi un retard de clampage du cordon avaient une meilleure motricité fine et de meilleures aptitudes sociales à l’âge de 4 ans que ceux qui ont subi un clampage précoce. Cela était particulièrement vrai pour les garçons. Les chercheurs supposent que les filles sont mieux protégées par les niveaux élevés d’œstrogènes in utero.

Avantage supplémentaire : c’est moins cher !

Avec l’augmentation des coûts des soins de santé, trouver un moyen d’économiser de l’argent n’est pas une mauvaise idée. L’accouchement naturel est bien moins coûteux qu’un accouchement avec de nombreuses interventions. Aux États-Unis, les soins de maternité ne constituent pas un forfait comme c’est le cas dans de nombreux autres pays. Les femmes sont plutôt facturées à la carte pour chaque procédure ou test. Une péridurale coûte à elle seule environ 1 000 dollars, tandis qu’une césarienne peut augmenter votre facture jusqu’à 20 000 dollars.

L’accouchement dans une maison de naissance ou à domicile est également beaucoup moins cher que l’accouchement naturel dans un hôpital. Les honoraires des sages-femmes varient, en fonction du lieu, entre 2 000 et 4 000 dollars, tandis que le coût d’un accouchement vaginal à l’hôpital varie entre 10 000 et 15 000 dollars.

Convaincu ? Apprenez comment avoir un accouchement naturel ici.

Et vous ?

Quel a été l’avantage le plus surprenant de l’accouchement naturel ?

Références

  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3110651/
  • http://sciencenordic.com/giant-study-links-c-sections-chronic-disorders
  • https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0042911
  • https://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/fullarticle/2296145
  • https://www.huffpost.com/entry/doula-benefits_n_5730720
  • https://americanpregnancy.org/labor-and-birth/narcotics/
  • https://www.drweil.com/health-wellness/health-centers/children/jaundice-newborn/
  • https://www.llli.org/docs/lad/ChildbirthandBreastfeeding.pdf
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1948086/
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1595040/

Retour haut de page