La vitamine C et l’allaitement : De quelle quantité avez-vous besoin ?

Partager avec d'autres mamans!

Vous allaitez votre nouvel arrivant ? Vous vous demandez peut-être si les vitamines que vous mangez ou que vous complétez sont bonnes pour votre bébé. Examinons l’une d’entre elles, la vitamine C, et son impact sur l’allaitement.

Lorsque j’étais enceinte, une de mes envies était de manger des satsumas, un agrume de type mandarine. Je les dévorais à la livre.

Le magasin du coin s’est habitué à ce que mon mari y aille tous les deux ou trois jours et les achète à la boîte. Je n’aurais pas été surprise si mon bébé était né orange.

C’était une bonne source de vitamine C, un complément dont je n’avais pas à me soucier, et les envies ont vite disparu. J’étais cependant curieuse de savoir comment cela aurait affecté mon bébé pendant la grossesse et l’allaitement.

Examinons les bienfaits de la vitamine C et la quantité que nous devrions avoir dans notre alimentation lorsque nous allaitons.


La vitamine C pour vous et votre bébé

La vitamine C, également appelée acide ascorbique, est présente à l’état naturel dans de nombreuses sources alimentaires. C’est ce que nous appelons un antioxydant. Elle aide à protéger l’organisme des radicaux libres, tels que les rayons ultraviolets du soleil et les polluants environnementaux (1).

Cette vitamine a également d’autres fonctions protectrices dans notre corps, notamment

  • Cicatrisation des plaies : La vitamine C peut améliorer la cicatrisation des plaies et réduire l’inflammation. Elle aide à arrêter la formation de cicatrices excessives (2).
  • Favorise une peau saine : Elle joue un rôle à bien des égards en ce qui concerne notre peau. La vitamine C intervient dans la prévention des rides et du relâchement cutané, de la sécheresse et de la rugosité, des taches brunes ou du vieillissement dû à l’exposition au soleil (3).
  • Traite et protège contre les infections : La vitamine C peut aider à protéger notre corps contre les infections dues aux bactéries, aux virus et aux protozoaires. Cela inclut des maladies telles que la pneumonie, le rhume, le paludisme et la dysenterie amibienne (4).
  • Aide le corps à absorber le fer : Notre corps a besoin de fer pour la production de globules rouges. La vitamine C nous aide à l’absorber à partir des aliments que nous mangeons (5).
  • Autres maladies : Les effets potentiellement bénéfiques de la vitamine C sur le cancer et les maladies cardiovasculaires sont discutés depuis des années. Des recherches sont toujours en cours pour découvrir le rôle que joue cette vitamine (6).

La vitamine C contenue dans le lait maternel peut aider à transmettre ces bienfaits à votre bébé.

Comment le corps reçoit la vitamine C

Notre corps ne peut pas fabriquer cette vitamine, nous devons donc nous en procurer à partir de sources alimentaires ou de compléments.

Les bonnes sources de vitamine C sont les fruits et les légumes verts. Les fruits riches en cette vitamine sont les oranges, les pamplemousses, les fraises, les kiwis et les tomates. Pour les légumes, mangez des choses comme des brocolis, des poivrons verts et rouges, des choux de Bruxelles, du chou et des pois verts.

L’apport journalier recommandé (AJR) pour les bébés jusqu’à l’âge de six mois est de 40 milligrammes par jour. Elle passe à 50 milligrammes jusqu’à l’âge d’un an. Puis elle retombe à 15 milligrammes jusqu’à l’âge de trois ans.

Pour les femmes enceintes, l’AJR est de 85 milligrammes, et pour une mère qui allaite, de 120 milligrammes. Si vous êtes une jeune mère âgée de 18 ans ou moins, l’AJR est de 80 milligrammes pendant la grossesse et de 115 milligrammes pendant l’allaitement. (7).

Impact d’un apport insuffisant en vitamine C

Vous avez peut-être entendu parler du scorbut, le fléau des marins au XVIIIe siècle. Sir James Lind, un médecin écossais servant dans la marine britannique, a fait des expériences et découvert que manger des citrons et des oranges pouvait guérir le scorbut (8).

Ce n’est qu’au XXe siècle que l’acide ascorbique a été reconnu comme le composant actif de ces fruits qui a permis de prévenir ou de guérir cette maladie. En fait, cette découverte a valu au Hongrois Albert Szent-Gyorgyi un prix Nobel (9).

Les carences en vitamine C qui sont suffisamment graves pour provoquer le scorbut dans les pays développés sont rares, mais peuvent quand même se produire. Environ 7,3 % de la population des États-Unis et 73,9 % de celle du nord de l’Inde présentent des carences inférieures aux niveaux acceptables (10).

Une carence en vitamine C peut toujours survenir si votre alimentation est limitée. Le scorbut chez les nourrissons est cependant rare, car le lait maternel et le lait maternisé contiennent tous deux de la vitamine C.

Vitamine C dans le lait maternel

La plupart des mères qui suivent un régime alimentaire équilibré auront la bonne quantité de vitamine C dans leur lait maternel pour leur bébé. Les aliments que les mères qui allaitent devraient consommer comprennent beaucoup de fruits et de légumes, ainsi que des féculents, des produits laitiers et des protéines (11).

Bien que vous puissiez prendre des suppléments de vitamines pendant la grossesse, une étude a montré qu’ils n’augmentent pas la quantité de vitamine C dans le lait maternel. C’est l’alimentation seule qui peut y parvenir (12).

On pense également que si vous prenez des suppléments de vitamine C au-delà des AJR, votre corps régulera la quantité de vitamine C qui passe dans votre lait maternel (13).

Cependant, si vous avez une carence en vitamine C due à une mauvaise alimentation, cela fera une différence. Dans ces circonstances, la prise de compléments peut doubler ou tripler la quantité de vitamine C présente dans le lait maternel (14).

Impact du tabagisme sur les niveaux de vitamine C

Un autre élément qui affecte l’absorption de la vitamine C est le tabagisme. Cela peut entraîner une baisse des taux de vitamine C dans le lait maternel (15).

Il a également été démontré que les bébés de mères fumeuses ont des taux plus faibles de cette vitamine antioxydante (16).

La recommandation pour les fumeurs est d’ajouter 35 milligrammes de vitamine C par jour (17).

Trop de vitamine C pendant l’allaitement ?

La limite supérieure pour la vitamine C est de 2 000 milligrammes par jour. La majeure partie de votre apport provenant de votre alimentation, il est peu probable que vous en ayez trop. Cependant, si vous décidez de prendre des compléments à fortes doses, vous pouvez le faire.

En ce qui vous concerne, un excès de vitamine C peut provoquer des diarrhées, des vomissements, des brûlures d’estomac, des crampes d’estomac et des maux de tête (18).

En ce qui concerne les effets sur votre bébé, on pense qu’un excès de vitamine C pendant la grossesse peut provoquer le scorbut chez le nouveau-né. Cela est dû au fait que le foie la traite trop rapidement, l’éliminant ainsi de l’organisme. De même, un apport insuffisant peut également nuire à la santé de votre bébé à naître (19).

Nous avons cependant déjà mentionné que notre corps régule la quantité de vitamine C transmise au bébé dans le lait lors de l’allaitement.

Si vous prévoyez de prendre des doses de vitamine C plus élevées que celles recommandées, pour quelque raison que ce soit, parlez-en d’abord à votre professionnel de la santé.

La vitamine C prévient-elle la mammite ?

La mammite survient lorsque les tissus du sein s’enflamment et deviennent douloureux. Si elle n’est pas traitée, elle peut conduire à un abcès sur le sein (20).

Des antioxydants, dont la vitamine C, sont administrés aux vaches qui en ont de faibles taux et qui sont en lactation, pour traiter et prévenir les mammites (21).

Comme la mammite peut entraîner une infection, il est possible que la vitamine C puisse aider, car elle est efficace pour lutter contre les infections à staphylocoques (22).

Certaines mères ont rapporté avoir pris de la vitamine C pour des mastites, mais il n’y a pas de preuve concluante que cela fonctionne.

Prévention des maladies allergiques

Vous êtes une maman qui souffre d’eczéma ou d’asthme et vous craignez de le transmettre à votre bébé ? Une étude a montré qu’un régime alimentaire riche en vitamine C peut contribuer à réduire le risque de transmission de ces maladies allergiques (23).

Cette même étude a montré que les mères qui sont sensibles à certains aliments et qui les évitent sont plus susceptibles d’avoir des bébés avec de faibles taux de vitamine C.

Niveaux de vitamine C dans le lait exprimé

De nombreuses mères pompent leur lait et le conservent au réfrigérateur ou au congélateur. C’est pratique lorsque vous n’êtes pas physiquement disponible pour allaiter votre petit, ou lorsque le père veut nourrir le bébé. Mais qu’en est-il des taux de vitamine C dans le lait exprimé ?

Ils diminuent d’environ un tiers lorsqu’ils sont conservés au réfrigérateur pendant 24 heures ou de deux tiers lorsqu’ils sont congelés pendant plus d’un mois (24).

C’est pourquoi, pour faire profiter votre bébé des bienfaits de la vitamine C contenue dans le lait maternel stocké, utilisez-le dans la journée qui suit sa sortie du réfrigérateur et dans le mois qui suit sa sortie du congélateur.


Le moment de manger vos fruits et légumes

La vitamine C joue un rôle important dans notre corps. Elle contribue à nous protéger contre les infections et les inflammations et à améliorer notre peau et sa capacité de guérison. Elle nous aide également à absorber le fer contenu dans notre alimentation.

Les meilleures sources de vitamine C se trouvent dans les aliments que nous mangeons, comme les fruits et les légumes verts. Lorsque vous allaitez, une alimentation saine vous permettra de vous assurer que votre bébé reçoit également la bonne quantité de cette vitamine. Bien que vous puissiez prendre des suppléments, votre corps régulera toujours la quantité transmise au bébé par le lait.

Si vous avez des doutes quant à votre consommation de vitamine C, que ce soit en quantité suffisante ou en excès, consultez votre médecin.

Nous espérons que vous avez apprécié notre guide et que vous l’avez trouvé informatif et utile. N’hésitez pas à nous laisser un commentaire en nous faisant part de vos réflexions ou de vos expériences. N’oubliez pas de le partager avec d’autres mamans afin qu’elles puissent également en bénéficier.

continue de lire  8 meilleurs exercices pour induire naturellement le travail (Guide pas à pas)
Retour haut de page