SMSN : comment réduire les risques pour votre bébé grâce à des habitudes de sommeil sûres

Partager avec d'autres mamans!

Les morts subites et inattendues du nourrisson (SUID), y compris celles causées par le SMSN, surviennent sans avertissement, ce qui les rend particulièrement dévastatrices pour les familles. Réduisez les risques encourus par votre bébé en adoptant des pratiques de sommeil sûres : mettez-le au lit sur le dos, prévoyez une surface de sommeil ferme, dépourvue d’objets mous et de literie, et dormez dans la même pièce (mais pas dans le même lit) que votre bébé.

baby lying on her back and sleepingDANS CET ARTICLE

  • Qu’est-ce que le PEID ?
  • Quelles sont les causes des PEID ?
  • Certains bébés sont-ils plus exposés au risque de SMSN ?
  • Pourquoi le fait de partager un lit avec mon bébé augmente-t-il le risque de SMSN et d’autres dangers liés au sommeil ?
  • Comment puis-je réduire le risque de SMSN et d’autres dangers liés au sommeil de mon bébé ?
  • Mon bébé doit-il dormir dans un lit d’enfant ?
  • Est-ce que mes jumeaux peuvent dormir ensemble ?
  • Puis-je emmailloter mon bébé ?
  • Dois-je utiliser un moniteur de fréquence cardiaque pour prévenir la MSN ?
  • Où puis-je obtenir plus d’informations sur le SMSN ?

Qu’est-ce que le PEID ?

Le syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN) est le diagnostic posé lorsqu’un enfant de moins d’un an meurt subitement et qu’il est impossible d’en trouver la cause exacte après une enquête sur la scène du décès, une autopsie et un examen des antécédents médicaux de l’enfant. Le SMSN entre dans la catégorie diagnostique des morts subites et inattendues du nourrisson (MSIE), qui surviennent généralement pendant le sommeil ou dans la zone de sommeil d’un bébé. Les MSIE comprennent également les décès par étouffement ou étranglement accidentels et les décès de causes inconnues.

La MSN est la principale cause de décès aux États-Unis chez les bébés âgés de 1 mois à 1 an, et 90 % des cas de MSN concernent des nourrissons de moins de 6 mois.

Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), sur les 3 600 cas de SUID qui surviennent chaque année aux États-Unis, la plupart sont dus à des causes inconnues :

  • 1 400 bébés meurent du SMSN
  • 900 bébés meurent de suffocation ou de strangulation accidentelle pendant leur sommeil
  • 1 300 bébés meurent pendant leur sommeil pour des raisons inconnues

Remarque : ces trois sous-ensembles se chevauchent dans une certaine mesure, tandis que les experts travaillent sur des définitions plus strictes. Davantage de décès qui auraient été attribués au SMSN dans le passé sont maintenant classés comme des cas de suffocation ou d’étranglement accidentels.

Bien que le SMSN puisse se produire en dehors des lits d’enfant, il est également connu sous le nom de « mort du lit » car il se produit le plus souvent pendant la nuit, généralement entre 20 heures et 8 heures du matin.

Environ 15 à 20 % des décès dus au SMSN se produisent dans des établissements de garde d’enfants. C’est un chiffre étonnamment élevé si l’on considère que les bébés passent beaucoup moins de temps à dormir dans les garderies qu’à la maison. Cette statistique montre à quel point il est crucial de veiller à ce que toutes les personnes qui s’occupent de votre bébé suivent des règles de sécurité en matière de sommeil, notamment en n’utilisant pas de dispositif d’assise, comme un siège d’auto ou une poussette, à la place d’un berceau (voir « Comment puis-je réduire le risque de SMSN et d’autres dangers liés au sommeil de mon bébé » ci-dessous).

Quelles sont les causes

du SMSN ?

Les chercheurs ont beaucoup appris sur le SMSN, mais ils n’ont toujours pas de réponse définitive à ses causes.

La plupart des experts pensent que le SMSN survient lorsqu’un bébé présente une vulnérabilité physique sous-jacente (comme un fonctionnement immature ou anormal du cœur, de la respiration ou de l’éveil) et est exposé à certains facteurs de stress (comme le fait de dormir sur le ventre ou d’être habillé trop chaudement) pendant une période critique de son développement.

Des recherches récentes suggèrent que des niveaux inadéquats de sérotonine, une substance chimique du cerveau, peuvent rendre un nourrisson plus vulnérable à la MSN. Les experts ont découvert que jusqu’à 70 % des bébés qui sont morts du SMSN avaient un taux de sérotonine dans le tronc cérébral inférieur à la normale. La sérotonine aide à réguler la respiration, le rythme cardiaque et la pression sanguine pendant le sommeil.

Les experts continuent d’étudier le cerveau, le système nerveux autonome, les soins aux nourrissons et les environnements de sommeil, l’infection et l’immunité, et la génétique en quête de réponses.

Certains bébés sont-ils plus exposés au risque

de MSN ?

Oui. Les facteurs de risque sont les suivants :

  • Naissance prématurée. Plus un bébé naît tôt, plus le risque de SMSN est élevé.
  • Faible poids à la naissance. Plus le poids à la naissance est faible, plus le risque de MSN est élevé.
  • Moins de 4 mois.
  • Être un garçon. Environ 60 % des victimes du SMSN sont des garçons.
  • Être un jumeau. Les jumeaux ont deux fois plus de risques de SMSN, ce qui est largement dû à leur faible poids à la naissance.
  • Être une mère de moins de 20 ans.
  • Mère ayant fumé pendant la grossesse.
  • Courte période entre les grossesses de la mère.
  • Frère ou sœur décédé(e) du SMSN.
  • Certaines origines ethniques. Les taux de SMSN étaient les plus élevés chez les nourrissons noirs amérindiens et alaskiens et non hispaniques (plus de deux fois ceux des nourrissons blancs non hispaniques) entre 2013 et 2016, selon le CDC. Les recherches indiquent que ces taux plus élevés sont principalement liés aux pratiques de soins aux nourrissons, telles que la préférence pour le partage du lit ou le fait de placer les nourrissons sur le ventre pour dormir.

Pourquoi le fait de partager un lit avec mon bébé augmente-t-il le risque de SMSN et d’autres dangers liés au sommeil ?

D’une part, votre lit est équipé d’oreillers et de literie douce, qui sont des facteurs de risque de SMSN. Il est également plus facile pour votre bébé d’avoir trop chaud lorsqu’il partage votre lit.

Si vous nourrissez votre bébé dans votre lit et que vous craignez de vous endormir, débarrassez le lit des oreillers et de la literie (un drap bien ajusté est acceptable). Si vous vous endormez, mettez votre bébé dans son berceau au réveil.

Outre les facteurs de risque ci-dessus, des études ont montré que ces situations de partage du lit sont particulièrement dangereuses pour un bébé qui l’est :

  • Placé sur une literie douce comme des oreillers ou des couvertures
  • Placé sur une surface souple telle qu’un canapé, un fauteuil ou un lit à eau
  • Partager avec quelqu’un qui est très fatigué ou qui prend des médicaments qui rendent le réveil difficile
  • Partager avec un fumeur, même si cette personne ne fume pas au lit
  • Partager avec quelqu’un qui a bu de l’alcool
  • Partager avec quelqu’un qui a pris des drogues illicites
  • Partage avec toute personne qui n’est pas un parent, y compris les autres enfants
  • Partager avec plus de deux personnes

En savoir plus sur les dangers du partage des lits.

Comment puis-je réduire le risque de SMSN et d’autres dangers liés au sommeil de mon bébé ?

Il n’existe pas de moyen garanti de prévenir le SMSN, mais vous pouvez réduire considérablement le risque en suivant les recommandations de l’American Academy of Pediatrics (AAP) en matière de sommeil sûr

. En suivant ces recommandations, vous réduirez également le risque que votre bébé soit victime d’autres types de décès liés au sommeil, notamment la suffocation, la strangulation et le piégeage.
Endormez votre bébé sur le dos. C’est l’une des choses les plus importantes que vous pouvez faire pour aider à protéger votre bébé.

L’AAP a commencé à recommander que les nourrissons soient placés sur le dos pour dormir en 1992, et la campagne Back to Sleep (maintenant connue sous le nom de Safe to Sleep) a débuté en 1994. En réponse à cette recommandation, le taux de décès dus au SMSN est passé de 130 pour 100 000 naissances en 1990 à environ 35 pour 100 000 naissances en 2017.

On a constaté que le risque de SMSN d’un bébé est de deux à treize fois plus élevé (selon l’étude) si celui-ci dort sur le ventre plutôt que sur le dos. Lorsqu’un bébé dort sur le ventre, il est plus susceptible de surchauffer, d’avoir des pauses dans sa respiration et moins d’excitation, et de respirer à nouveau l’air qu’il vient d’exhaler, qui contient moins d’oxygène.

  • En plus de coucher votre bébé sur le dos pendant la première année de sa vie, veillez à ce que chaque personne qui s’occupe de lui, y compris les membres de la famille, les gardiennes et les puéricultrices, sache le faire.
  • Ne faites pas dormir votre bébé sur le côté. Les bébés placés sur le côté peuvent facilement se retrouver sur le ventre.
  • N’utilisez pas de serviettes ou de positionneur de sommeil pour essayer de garder votre bébé sur le dos. La Food and Drug Administration (FDA) et la Consumer Product Safety Commission (CPSC) ont émis un avertissement aux parents pour qu’ils cessent d’utiliser les positionneurs de sommeil après que 12 nourrissons ont suffoqué en utilisant ces dispositifs.
  • Une fois que votre bébé est assez fort pour se retourner tout seul, vous n’avez plus à vous inquiéter qu’il reste sur le dos toute la nuit. Mais continuez à le placer sur son dos lorsque vous l’allongez pour dormir jusqu’à ce qu’il ait un an.

Un des problèmes que pose le fait de mettre votre bébé sur le dos à ce point est qu’il peut développer une tache plate sur l’arrière ou le côté de sa tête. C’est ce qu’on appelle la plagiocéphalie positionnelle, ou « syndrome de la tête plate ». (Voir les conseils sur les moyens de prévenir la plagiocéphalie, tels que la surveillance du ventre).

Ne partagez pas votre lit avec votre bébé, car cela est associé à un risque plus élevé de SMSN et de suffocation accidentelle, de strangulation ou de piégeage.

L’AAP recommande que votre bébé dorme dans votre chambre, mais pas dans votre lit, la nuit pendant au moins les six premiers mois et idéalement pendant la première année.

En plaçant un lit d’enfant, un moïse ou une cour de récréation près de votre lit, vous pouvez facilement atteindre votre bébé pour le nourrir et le réconforter pendant la nuit. Cette disposition réduit de moitié le risque de MSN, selon le PAA.

Ne mettez pas de couvertures ou de jouets, surtout s’ils sont doux comme des peluches, dans le lit d’enfant. Gardez tout autre objet qui pourrait couvrir le visage, le cou ou la tête de votre bébé hors du lit.

En savoir plus sur les dangers du partage du lit.

Choisissez un lit d’enfant, un moïse ou une cour de récréation sûrs. De nombreux lits d’enfant usagés ne répondent pas aux normes de sécurité actuelles.

Des millions de lits d’enfant de grandes marques ont été rappelés ces dernières années.

Consultez notre article sur l’achat d’un lit d’enfant pour obtenir des conseils sur le choix d’un lit d’enfant sûr. Lisez également nos conseils pour sécuriser votre chambre d’enfant afin que l’environnement de sommeil de votre bébé ne présente aucun danger.

Si vous voyagez, assurez-vous que l’endroit où vous séjournez est équipé d’un lit d’enfant sûr, ou emportez un lit d’enfant portable ou une cour de récréation avec vous.

Utilisez une surface de couchage ferme, dépourvue de literie et d’oreillers moelleux.Faites dormir votre bébé sur un matelas plat et ferme, avec un seul drap housse sous lui. (Il est possible de mettre un matelas fin et bien ajusté sous le drap pour le protéger contre les fuites de couches).

  • N’utilisez pas de matelas mou, comme un matelas en mousse à mémoire de forme, ou tout autre type de sur-matelas. Les surfaces molles augmentent le risque de suffocation si votre bébé se retrouve en position ventrale. Si votre bébé dort dans une cour de récréation ou un couffin, n’utilisez que le coussin qui l’accompagne et ne le recouvrez pas de coussins ou de rembourrage supplémentaire.
  • N’utilisez pas de pare-chocs pour le lit, ce contre quoi les groupes de prévention du PAA et du SMSN mettent en garde. Rien ne prouve que les pare-chocs préviennent les blessures, et ils peuvent entraîner une suffocation, une strangulation ou un coincement. En outre, sans pare-chocs, l’air circule plus librement autour de votre bébé et vous pouvez mieux le voir.
  • Ne couvrez pas votre bébé avec une couverture ou une literie quelconque, car elle peut se retrouver sur son visage et entraver sa respiration. Vous pouvez emmailloter votre bébé (voir « Puis-je emmailloter mon bébé en dessous ? »), mais si vous pensez que votre bébé a froid, habillez-le avec des vêtements plus chauds, comme un pyjama à pieds. Ou mettez-le dans une pièce de coton et glissez-le dans une couverture ou un sac de couchage – un vêtement sans manches qui se ferme le long du fond comme un sac. (Trouvez d’autres idées pour garder votre bébé au chaud la nuit sans couverture).
continue de lire  Pourquoi mon bébé se réveille-t-il soudainement hystérique la nuit ?

Gardez le berceau vide.Ne mettez pas de jouets, surtout s’ils sont mous, comme les animaux en peluche, dans le berceau. Gardez tout autre objet qui pourrait couvrir le visage, le cou ou la tête de votre bébé hors du lit.

Évitez de vous endormir avec votre bébé sur un canapé, un fauteuil ou toute autre surface souple. Ces environnements rembourrés sont dangereux pour les nourrissons en raison du risque accru de MSN ou de suffocation, selon l’AAP. Comme il est si facile de s’assoupir lorsque l’on manque de sommeil, évitez de tenir ou de nourrir votre bébé lorsqu’il est assis ou allongé sur un meuble en peluche. Il est plus sûr d’amener votre bébé dans un lit dépourvu de literie, y compris de couvertures et d’oreillers, que de risquer de s’endormir dans un fauteuil moelleux. Si vous vous endormez dans le lit de votre bébé, mettez-le dans son berceau dès votre réveil.

Ne laissez pas votre bébé dormir dans des positions qui pourraient affecter sa respiration.L’AAP recommande de ne pas laisser les bébés dormir sur une pente, une position qui pourrait bloquer les voies respiratoires de votre bébé, l’empêchant de respirer correctement.

  • La position de sommeil la plus sûre pour votre bébé est à plat sur le dos – cela lui permet de garder ses voies respiratoires ouvertes. (Et ne vous inquiétez pas, il ne s’étouffera pas ou ne s’étouffera pas lorsqu’il est sur le dos, même s’il souffre de reflux gastro-œsophagien, ou de RGO).
  • Ne laissez pas votre bébé dormir pendant de longues périodes dans un dispositif d’assise – y compris un siège d’auto, une poussette, une balançoire ou un transat – et jamais dans une couchette inclinée. Cela est particulièrement important pour les bébés de moins de 4 mois, car ils peuvent suffoquer s’ils dorment en position inclinée et si leur tête roule trop vers l’avant. Si votre bébé s’endort dans un dispositif d’assise, transférez-le dans un berceau, un moïse ou un parc de jeu dès que possible.
  • Lorsque votre bébé est dans un porte-bébé ou un harnais, assurez-vous que sa tête est au-dessus du tissu, que son visage est visible, que son nez et sa bouche sont clairs et qu’il n’est pas pressé contre votre corps ou le tissu.
  • Ne soutenez pas le matelas de votre bébé avec une serviette ou une cale de lit pour tenter de soulager la congestion ou les reflux. Il pourrait glisser ou rouler dans une position qui pourrait lui rendre la respiration difficile.

Évitez de faire surchauffer votre bébé. La surchauffe est un facteur de risque du SMSN. Pour la prévenir :

  • Habillez votre bébé pour le sommeil en ne portant pas plus d’une couche de plus que ce que porterait un adulte pour être à l’aise dans cet environnement.
  • Soyez attentif aux signes de surchauffe, comme la transpiration, les cheveux humides ou une poitrine chaude au toucher.
  • Ne couvrez pas le visage ou la tête de votre bébé avec un chapeau ou une capuche lorsqu’il dort. (À moins que votre bébé ne soit prématuré, il n’aura pas besoin d’un bonnet après les premiers jours).

Recevez des soins prénataux réguliers. Plusieurs études établissent un lien entre des soins prénataux réguliers et un risque plus faible de SMSN. Des soins prénataux appropriés sont non seulement importants pour assurer une grossesse sans heurt, mais ils protègent également la santé de votre bébé en réduisant le risque de naissance prématurée ou de faible poids à la naissance (deux facteurs de risque de SMSN).

Ne fumez pas, ne buvez pas d’alcool et ne consommez pas de drogues illégales pendant la grossesse.Le tabagisme pendant la grossesse est un facteur de risque du SMSN. Une analyse des données des CDC a montré que le fait que la mère fume pendant la grossesse fait plus que doubler le risque de MSN. La consommation d’alcool et de drogues pendant la grossesse est également un facteur de risque. Ces trois facteurs peuvent également compromettre le développement sain du bébé de nombreuses autres façons.

Tenez votre bébé à l’écart de la fumée de cigarette. Gardez l’air autour de votre bébé à la maison, dans la voiture et dans tous les autres environnements sans fumée. Si d’autres personnes insistent pour fumer, veillez à ce qu’elles le fassent loin de votre bébé. Si vous avez besoin d’aide pour arrêter de fumer, lisez ce qui suit : comment arrêter de fumer après la naissance de votre bébé et parlez-en à votre médecin.

Des études montrent que le risque de SMSN d’un bébé augmente avec chaque fumeur supplémentaire dans la maison, avec le nombre de cigarettes fumées autour de lui chaque jour et avec la durée de son exposition à la fumée de cigarette.

Assurez-vous que votre bébé reçoit toutes les vaccinations recommandées. Il est prouvé que le fait de recevoir tous les vaccins selon le calendrier recommandé peut contribuer à protéger contre le SMSN.

Allaitez votre bébé si vous le pouvez. Donner à votre bébé n’importe quelle quantité de lait maternel est une bonne chose, et plus vous pouvez allaiter exclusivement, plus votre bébé est protégé contre la MSN.

Une méta-analyse a conclu que les bébés qui ont été allaités pendant au moins deux mois réduisent de moitié leur risque de MSN, même s’ils ne sont pas exclusivement nourris au sein. L’allaitement au sein pendant plus de deux mois offre une protection accrue.

Offrez une tétine à votre bébé lorsque vous l’endormez. Des études montrent une incidence plus faible de MSN chez les nourrissons qui utilisent une sucette, même si les experts ne savent pas s’il existe une cause et un effet directs. En raison de cette corrélation, l’AAP suggère de donner une sucette à votre bébé lorsque vous le couchez pour la sieste et à l’heure du coucher pendant la première année de sa vie.

L’AAP avertit que, si vous allaitez, il vaut mieux attendre que l’allaitement soit bien établi, généralement trois ou quatre semaines après la naissance, avant de lui donner une tétine.

Vous n’êtes pas obligée de remettre la sucette en place si votre bébé la laisse tomber une fois qu’il s’est endormi. Et il n’est pas nécessaire de forcer votre bébé à en utiliser une s’il n’en prend pas l’habitude.

Remarque : pour éviter tout risque de strangulation, n’accrochez pas la sucette au cou de votre bébé et ne l’attachez pas à ses vêtements pendant qu’il dort.

Mon bébé doit-il dormir dans un lit

d’enfant ?

L’AAP recommande que votre bébé dorme dans un lit d’enfant, un moïse ou un parc de jeu qui répond aux normes de sécurité en vigueur et qui est placé dans votre chambre, à proximité de votre lit.

  • N’utilisez pas de dispositif d’assise comme alternative à un lit d’enfant, et assurez-vous que les personnes qui s’occupent des enfants et les baby-sitters font de même. Si votre bébé s’endort dans un siège d’auto, une poussette, un transat ou une balançoire, mettez-le dans un lit d’enfant, un moïse ou une cour de récréation dès que possible. (Pensez à apporter un berceau portable ou une cour de récréation avec vous si vous allez dans un endroit sans berceau).
  • N’utilisez pas un dormeur incliné. Le CPSC a annoncé le rappel de plus de 5 millions de dormeurs inclinés, dont les dormeurs à bascule Fisher Price Rock ‘n Play et Kids II.
  • L’AAP déclare qu’elle ne peut pas faire de recommandation pour ou contre un dormeur incliné – un lit d’enfant qui s’adapte parfaitement à votre lit – en raison du manque d’études de sécurité. Toutefois, le CPSC a élaboré des normes de sécurité pour les dormeurs. Avant d’acheter un dormeur, assurez-vous qu’il répond à ces normes.
  • La CPSC n’ a pas élaboré de normes de sécurité pour les dormeurs au lit, des produits conçus pour donner à un nourrisson un espace séparé dans un lit d’adulte, par exemple en utilisant un rembourrage ou une structure en maille comme barrière. « Il n’y a aucune preuve que ces dispositifs réduisent le risque de SMSN ou de suffocation, ou qu’ils sont sûrs », selon le groupe de travail du PAA sur les SMSN.

Mes jumeaux peuvent-ils dormir ensemble ?

L’AAP recommande que les jumeaux ou autres multiples ne dorment pas ensemble. Il n’existe pas de données spécifiques sur le partage du lit avec d’autres enfants, mais d’autres études ont montré que le partage du lit avec d’autres enfants augmente le risque de SMSN. Et les bébés multiples sont susceptibles de présenter d’autres facteurs de risque de SMSN, comme une naissance prématurée ou un faible poids à la naissance.

Est-ce que je peux emmailloter mon bébé ?

Oui, à condition de vous arrêter dès que votre bébé commence à essayer de se retourner ou est capable de sortir de l’emmaillotage. Ces scénarios peuvent l’amener à s’enrouler de manière dangereuse dans l’emmaillotage, à avoir le visage couvert ou à suffoquer en position face contre terre.

Certains experts des PEID mettent en garde contre le fait que l’emmaillotage pourrait contribuer à la surchauffe. Si vous emmaillotez votre bébé, utilisez une couverture fine et assurez-vous que la pièce n’est pas trop chaude.

Dois-je utiliser un moniteur de fréquence cardiaque pour prévenir

le SMSN ?

Selon l’AAP, rien ne prouve que les moniteurs cardiorespiratoires ou de sommeil à domicile (qui détectent les mouvements du bébé et vous avertissent s’ils s’arrêtent pendant un certain temps) réduisent le risque de SMSN chez le bébé, et l’organisation ne recommande pas leur utilisation à cette fin. Ils peuvent également donner un faux sentiment de sécurité.

Une exception est faite si le médecin de votre bébé a prescrit un moniteur cardio-respiratoire, ce qui peut arriver si votre bébé souffre d’une affection comme l’apnée du sommeil ou un ralentissement du rythme cardiaque. Si un tel moniteur a été prescrit pour votre bébé, utilisez-le avec diligence.

Où puis-je obtenir plus d’informations sur la MSN ?

  • L’Institut américain des SMSN mène des recherches et offre une éducation et un soutien 24 heures sur 24 aux pédiatres et aux familles. Appelez le (239) 431-5425.
  • La campagne  » Safe to Sleep « , parrainée par les National Institutes of Health, offre des informations, un soutien et des références. Appelez le (800) 505-CRIB (2742).
  • First Candle fournit des informations et soutient la recherche visant à prévenir le SMSN et la mortinatalité. Elle offre également des conseils aux personnes touchées par le décès d’un bébé sur une ligne d’assistance téléphonique ouverte 24 heures sur 24 au (800) 221-7437.


Sources des articles (certains en anglais)

AAP. 2016. SMSN et autres décès de nourrissons liés au sommeil : Recommandations mises à jour en 2016 pour un environnement de sommeil sûr pour les nourrissons. Académie américaine de pédiatrie. Pediatrics 138(5). https://pediatrics.aappublications.org/content/138/5/e20162938

[consulté en juillet 2019]

Anderson T, et al. 2019. Le tabagisme maternel avant et pendant la grossesse et le risque de mort subite et inattendue du nourrisson. Pediatrics 143(4). https://pediatrics.aappublications.org/content/143/4/e20183325

[consulté en juillet 2019]

ASI. 2019. Réduire le risque. American SIDS Institute. https://sids.org/what-is-sidssuid/reduce-the-risk/

[consulté en juillet 2019]

CDC. 2019. Aider les bébés à dormir en toute sécurité. Centers for Disease Control and Prevention. https://www.cdc.gov/features/babysafesleep/index.html

[consulté en juillet 2019]

CDC. 2019. Mort subite inattendue du nourrisson et syndrome de mort subite du nourrisson. Centers for Disease Control and Prevention. https://www.cdc.gov/SIDS/

[consulté en juillet 2019]

CPSC. Non daté. Guide pour les entreprises de literie et guide de conformité pour les petites entités. U.S. Consumer Product Safety Commission. https://www.cpsc.gov/Business–Manufacturing/Business-Education/Business-Guidance/Bedside-Sleepers

[consulté en juillet 2019]

Hauck FR, et al. 2011. Allaitement maternel et réduction du risque de syndrome de mort subite du nourrisson : Une méta-analyse. Pediatrics 128(1) : 103-110. http://pediatrics.aappublications.org/content/pediatrics/128/1/103.full.pdf

[consulté en juillet 2019]

MedlinePlus. 2018. Syndrome de mort subite du nourrisson. https://medlineplus.gov/suddeninfantdeathsyndrome.html

[consulté en juillet 2019]

Lune RY. 2019. Comment assurer la sécurité de votre bébé qui dort : La politique de l’AAP expliquée. American Academy of Pediatrics. https://www.healthychildren.org/English/ages-stages/baby/sleep/Pages/A-Parents-Guide-to-Safe-Sleep.aspx

[consulté en juillet 2019]

NICHD. Non daté. Faits marquants sur les PEID. Campagne « Safe to Sleep ». Institut national de la santé infantile et du développement humain. https://safetosleep.nichd.nih.gov/safesleepbasics/SIDS/fastfacts

[consulté en juillet 2019]

NIH. 2019. Comment puis-je réduire le risque de SMSN ? National Institutes of Health. https://www.nichd.nih.gov/health/topics/sids/conditioninfo/reduce

[consulté en juillet 2019]

Thompson J, et al. 2017. Durée de l’allaitement et risque de MSN : Une méta-analyse des données sur les participants individuels. Pediatrics 140(5). https://pediatrics.aappublications.org/content/140/5/e20171324

[consulté en juillet 2019]

Karisa Ding

Karisa Ding

Karisa Ding est rédactrice en santé et mère de famille à San Franscisco.


Retour haut de page