Comment garder votre enfant dans son berceau (6 stratégies réussies)

Partager avec d'autres mamans!

Votre enfant est-il sur le point de s’échapper de son berceau ? Ou peut-être l’a-t-il déjà fait et s’est-il effondré sur le sol ?

C’est un combat que de nombreux parents doivent mener lorsque leurs enfants atteignent un certain âge – il suffit de garder l’enfant dans son lit !

Avant d’abandonner et de passer prématurément à un lit de bébé, assurez-vous d’éviter les pratiques courantes qui encouragent et même aident les jeunes enfants à s’échapper de leur lit de bébé.

Comme tout autre comportement, l’escalade du berceau est une habitude qui peut être prise et corrigée avec de la patience et un peu d’aide.


Quand utiliser un lit d’enfant

De nombreux parents sautent directement dans le grand lit de leur enfant lorsqu’il fait sa première chute terrifiante du berceau, ou même lorsqu’il commence à montrer des signes de tentative de grande évasion.

Cela peut sembler une bonne idée au début, mais il est en fait recommandé de laisser les enfants dans leur berceau jusqu’à l’âge de trois ans. Le fait d’attendre cet âge contribue à promouvoir de bonnes habitudes de sommeil et à apprendre à votre enfant à rester au lit.

Un problème auquel de nombreux parents sont confrontés lorsqu’ils précipitent leur enfant dans un lit plus grand est qu’il devient de plus en plus difficile de contenir un enfant curieux.

Il est beaucoup plus facile de s’échapper d’un grand lit, ce qui rend l’apprentissage de bonnes habitudes de sommeil beaucoup plus difficile.

1. Voir cela comme une leçon

Il est essentiel de se rappeler que les bambins qui commencent à sortir de leur berceau ne sont pas conscients de ce qu’ils font est mal.

Les comportements et les habitudes peuvent être modifiés grâce à des méthodes d’enseignement appropriées, même s’il peut être frustrant de voir votre enfant se retourner à 3 heures du matin et continuer à essayer de sauter du haut de la rampe comme un lutteur professionnel.

Dans la plupart des cas, il est efficace de s’attaquer au problème dès le début et de continuer à corriger son comportement. Votre enfant devrait apprendre assez rapidement à rester dans l’endroit où il a été désigné pour dormir.

2. Établissez une routine pour le coucher

Le fait de rester dans le lit d’enfant aide à établir des routines et des habitudes familières pour l’heure du coucher, qui seront transmises du lit d’enfant au lit. C’est une période difficile dans de nombreux foyers car les enfants ne comprennent pas toujours ce que signifie un nouveau lit et pourquoi ils doivent y dormir.

En conservant un lieu de repos et de sécurité familier, vous pouvez mettre en place un programme qui facilitera le déplacement de votre enfant vers un lit plus tard.

Une fois que la routine du coucher a été introduite avec succès, vous pouvez commencer à parler avec votre enfant de son tout premier grand lit. En l’excitant à l’avance, vous faciliterez la transition.

Comment garder mon enfant dans son berceau ?

Vous avez pris la décision d’attendre avant de sortir le lit de votre enfant et de le jeter dans une boucle, mais vous devez encore vous équiper des outils nécessaires pour survivre à la redoutable phase d’escalade.

Au risque de passer pour un expert en technologie qui vous demande si vous avez déjà « éteint et rallumé », je vous rappelle de faire quelques changements essentiels pour aider à empêcher les grimpeurs de réussir leur mission.

Lorsque vous commencez à remarquer que votre enfant commence à sortir du berceau, assurez-vous d’avoir vérifié ces éléments :

  • Réglages du matelas : Dans de nombreux lits d’enfant, les matelas peuvent être déplacés vers le haut ou vers le bas. Placez le matelas de votre enfant aussi bas que possible pour l’empêcher de sortir du lit. Faites-le dès qu’il commence à se lever.
  • Retirez les jouets et les oreillers : Les enfants ne devraient pas avoir d’oreillers ou de jouets dans leur berceau pendant la première année pour aider à réduire les risques de SMSN. Même après la première année, gardez le berceau de votre enfant à nu, sinon il pourra se libérer de son désordre en créant des marches (1).
  • Mettez l’extrémité inférieure contre le mur : Certains lits d’enfant ont un côté qui est plus bas que l’autre. Si c’est votre cas, assurez-vous que ce côté inférieur est poussé contre le mur afin que votre enfant n’ait pas un chemin de fuite plus facile.
  • Séparez vos enfants : Si vous êtes un ménage composé de plusieurs enfants, un frère ou une sœur bien intentionné(e) qui s’ennuie pourrait être le complice de la fuite de votre enfant. En séparant vos enfants – pour dormir -, vous les distrayez moins et ils s’endorment plus facilement !

4 façons de changer le comportement d’escalade

Vous avez passé les premières mesures préventives et vous trouvez encore votre enfant en train de tout donner pour s’échapper du berceau ? Ne désespérez pas ! Il existe de nombreuses façons de commencer à changer les comportements et à encourager un état d’esprit positif et obéissant envers le sommeil.

Pour des solutions rapides, essayez l’un de ces conseils – ou tous – pour les enfants avides d’aventure.

1. Ajustez leur heure de coucher

Lorsque les tout-petits passent à l’étape suivante de leur développement, entre 1 et 3 ans, leur horloge interne change également. Tout comme les enfants plus âgés, le besoin naturel de sommeil d’un enfant s’adapte. L’agitation de votre enfant peut être due au fait qu’il se couche trop tôt (ou qu’il fait la sieste !).

Essayez de documenter le moment où votre enfant s’endort réellement, par opposition au moment où il est mis dans son berceau, et ajustez votre horaire en fonction de son horloge biologique. Vous pourrez ensuite ajuster progressivement ces horaires par tranches de 10 minutes chaque soir, une fois que vous aurez établi une bonne routine pour l’heure du coucher et qu’il aura appris à rester immobile.

En revanche, il se peut que vous mettiez votre enfant au lit trop tard. Les enfants grincheux, épuisés et qui ont dépassé leur limite auront beaucoup plus de mal à s’endormir et auront un comportement têtu pour le refléter.

Il est conseillé de coucher les enfants entre 19h30 et 20h30, en fonction de leur horloge interne. (2).

2. Essayez un sac de couchage pour enfant en bas âge

Nous avons tout appris sur les avantages de l’emmaillotement de nos enfants, mais avez-vous envisagé d’étendre cette pratique de manière à ce qu’elle soit adaptée aux tout-petits ?

Présenter un sac de couchage pour enfant à un alpiniste passionné peut l’aider à apprendre que ce qu’il fait est mal, l’empêcher de grimper et lui apporter un confort supplémentaire.

Faites comprendre à votre enfant ce que signifie le sac de couchage en le lui mettant chaque soir à la même place dans sa routine du coucher. Lorsque vous l’habillerez, il comprendra que c’est un bon moyen de se coucher et de se détendre.

Cherchez dans votre magasin pour bébés ou sur Internet pour des options sûres et douces !

3. N’utilisez le lit que pour dormir

Il est parfois tentant de se tourner vers le berceau comme moyen de punition ou de jeu. Mettre votre enfant dans son berceau quand ce n’est pas le moment de dormir lui donne une mauvaise idée de son but, et peut rendre plus difficile pour lui de comprendre pourquoi il doit rester à l’intérieur la nuit.

Les enfants associent très facilement leurs sentiments à des lieux, aussi, si vous avez un enfant en bas âge en colère, ne le laissez pas entrer dans le berceau jusqu’à ce qu’il se calme.

En faisant du berceau un lieu où l’on dort et seulement le sommeil, vous leur donnez une bonne compréhension et une association positive avec l’endroit où ils doivent se coucher. La meilleure partie ? Lorsque vous les placez dans un lit d’enfant, ce comportement se perpétue !

3. Remettre le jeune enfant dans son lit en silence

Parfois, les tout-petits continuent à sortir de leur berceau pour attirer l’attention de la personne qui s’occupe d’eux. En ramenant le tout-petit en silence dans son berceau, vous diminuerez la probabilité qu’il fasse autre chose que dormir.

6 méthodes si vous avez un grimpeur

Avant de vous offrir quelque chose d’agréable après avoir finalement réussi à faire rester votre enfant dans son berceau, assurez-vous d’être prêt à faire face à une rechute de son comportement. Grimpeur un jour, grimpeur toujours !

La sécurité doit être maintenue même après que votre enfant semble avoir changé son comportement de grimpeur.

1. La maison entière est à l’épreuve des bébés

Si vous avez un artiste de l’évasion compétent pour un enfant, ne vous faites pas d’illusions en pensant qu’il restera tranquillement dans sa chambre s’il sort du berceau. Votre petit Houdini peut avoir accès à toute la maison, il est donc important de la sécuriser entièrement, même après que l’enfant se soit endormi.

Les barrières pour bébés doivent être en place, les couvercles des prises doivent être en place et tout objet dangereux doit être placé plus haut que la portée de votre enfant.

2. Gardez la chambre de l’enfant propre

Non seulement vous devez minimiser l’encombrement de leur lit, à la fois pour des raisons de sécurité et pour les empêcher de sortir, mais vous devez également garder la zone autour du lit propre. Les tout-petits sont curieux ! Ils ont un instinct naturel d’exploration et ils seront attirés par les choses qui sont laissées de côté.

En rangeant les jouets à l’abri des regards, votre enfant sera moins tenté. Cela les protège également au cas où ils s’échapperaient et commenceraient à faire des bêtises pendant que la maison dort.

3. Continuez à utiliser un interphone pour bébé

Investir dans un bon interphone vidéo pour bébé est l’un des achats les plus importants que vous devriez envisager de faire en tant que parent, avant même que votre enfant ne décide de se lancer par-dessus la barrière du lit.

En gardant un œil sur ses actions avant qu’il ne s’endorme, vous pouvez rester diligent et proactif pour stopper son comportement, tout en éliminant les risques de chute avant même qu’elle ne se produise.

Bien sûr, nous savons que toutes les mères ont les yeux derrière la tête, mais les interphones pour bébés sont le fantastique soutien de toutes les mères.

4. Utiliser des protections de poignées de porte

Pour les parents de toute personne âgée de moins de 2 ans, les gardiens de poignées de porte sont un cadeau. En empêchant l’accès à certaines pièces – ou en gardant un enfant dans l’une d’entre elles, comme sa chambre d’enfant – pendant la nuit, vous réduisez le risque d’accès à d’autres dangers si votre enfant défie tous les efforts déployés pour le garder à l’intérieur de son berceau.

Si votre enfant ne veut toujours pas rester dans son berceau, il est peut-être temps de le mettre dans un lit d’enfant et de voir si cela apporte une amélioration. La transition est différente pour chaque enfant, mais si vous l’expliquez à votre enfant et que vous l’accompagnez dans ce nouveau changement de routine au lit, il s’adaptera rapidement.

Certains tout-petits s’en sortent mieux dans un lit, donc la meilleure personne pour prendre cette décision est celle qui les connaît le mieux – c’est toi, maman !

5. Envisager un lit pour enfant en dernier recours

Si vous avez un enfant en bas âge qui continue à sortir du lit malgré toutes les méthodes décrites dans cet article, envisagez de passer à un lit pour enfant en bas âge, en supposant que votre enfant a au moins 18 mois (3). Dans cette vidéo, vous pouvez utiliser des stratégies pour garder le jeune enfant au lit.

6. Encourager les tout-petits à s’apaiser par la méthode de l’extinction (ignorer)

Si vous avez un enfant qui ne peut pas s’endormir, envisagez la possibilité d’une insomnie infantile. Les tout-petits qui ont du mal à s’endormir avant l’âge de 2 ans ont souvent du mal à s’endormir. Si votre enfant essaie d’attirer votre attention ou de faire des demandes pendant l’heure du coucher, ignorez le jeune enfant. Cela peut sembler difficile au début, mais c’est un moyen efficace d’apprendre au jeune enfant à s’apaiser lui-même pour faciliter son sommeil (4).

Comment faciliter l’heure du coucher

Si votre famille ressemble à la mienne, vous savez que la nuit peut être le plus grand stress de la journée. Qu’il s’agisse d’une attitude grincheuse ou d’un combattant volontaire qui déteste l’heure du coucher, mettre tout le monde à l’abri peut être très pénible, surtout si vous êtes déjà fatigué.

De plus, vous avez toute une journée de désordre à nettoyer et un verre de vin qui a désespérément besoin d’attention.

Faciliter l’heure du coucher devrait être une priorité, surtout pour les enfants de moins de 3 ans. En établissant une routine simple le plus tôt possible, vous faciliterez les transitions et les changements futurs, ce qui vous permettra également de mieux dormir.

Commencez par respecter un horaire, même s’ils vous supplient et vous implorent de rester éveillés pendant 10 minutes de plus. Il est important de choisir ses batailles, mais l’heure du coucher doit être un moment auquel toute la famille se tient. Les enfants aiment la routine et en ont besoin – même s’ils ne veulent pas que vous le sachiez !

Donnez à vos enfants l’envie d’aller au lit en leur proposant une ou deux activités amusantes réservées à la sieste ou à la nuit, comme la lecture, et faites-leur vraiment parler d’eux. Utilisez des jeux, des chansons et même des récompenses pour encourager une attitude positive envers l’heure du coucher.


Avez-vous réussi ?

Comment avez-vous empêché votre enfant de s’échapper de son berceau ? Vous avez des questions ou des réflexions ? Partagez avec nous vos expériences d’évasion et d’escroquerie dans les commentaires ci-dessous !

Ensuite, transmettez cet article à toute maman qui a un magicien en herbe en devenir et qui a besoin de savoir qu’il est possible de garder son bambin dans un berceau en toute sécurité pendant les 3 premières années !

continue de lire  Quand les bébés peuvent-ils utiliser des couvertures et des oreillers ? (Ce que vous devez savoir)
Retour haut de page