Comment sevrer un enfant en bas âge (Sevrage sans larmes)

Partager avec d'autres mamans!

Avez-vous réussi à allaiter votre enfant pendant la phase infantile et jusqu’à la petite enfance ? Félicitations, c’est une chose dont vous devriez être incroyablement fière – l’allaitement maternel prolongé demande de l’engagement.

Mais maintenant que votre enfant est plus âgé, comment arrêter l’allaitement ?

Les tout-petits sont connus pour leurs crises de colère et leur désir inébranlable d’obtenir ce qu’ils veulent. Il est donc probable que vous vous attendiez à ce que le processus de sevrage soit rempli de larmes et difficile. En réalité, le processus peut être difficile.

Il est possible de cesser d’allaiter votre enfant plus âgé sans avoir à subir tout le drame. Nous allons vous montrer comment.


Ce qu’il faut savoir sur le sevrage

Avant d’entamer le processus de sevrage, il y a quelques éléments que vous devez connaître sur la nutrition de votre enfant, son stade de développement et les effets physiques du sevrage sur votre propre corps.

Comment le sevrage affectera-t-il leur nutrition ?

L’une des premières choses qui vous préoccupe probablement est l’alimentation de votre enfant en bas âge. Il est impossible de savoir avec précision la quantité de lait que vous leur donnez régulièrement, car certaines mères ne produisent presque rien, tandis que d’autres produisent beaucoup de lait.

Comme l’allaitement maternel apporte à votre enfant plus de calories, de nutriments et de graisses, vous devez vous concentrer sur le sevrage de votre enfant pour vous assurer que vous lui apportez toujours suffisamment de calories supplémentaires tout au long de la journée.

Ainsi, lorsque vous retirerez le lait de votre alimentation, vous devrez vous assurer que votre enfant reçoit ces nutriments des aliments que vous lui offrez. Cependant, ne vous laissez pas prendre à suivre la consommation alimentaire de votre enfant au point de vous rendre fou.

Essayez plutôt d’avoir une semaine nutritionnelle équilibrée. Le corps des enfants est intuitif et ils mangeront ce dont ils ont besoin. Votre travail consiste simplement à mettre à leur disposition une variété d’aliments à intervalles réguliers, et ils décideront s’ils doivent manger et en quelle quantité.

Comment cela affectera-t-il leur développement ?

Pour les tout-petits, les rituels et les routines leur procurent un sentiment de sécurité et de prévisibilité tout au long de leur journée. Pour votre enfant qui allaite, l’allaitement peut faire partie de cette routine et contribuer à son sentiment de stabilité.

Il est donc important de comprendre que vous devrez trouver un moyen de renforcer son besoin de sécurité après la fin de l’allaitement. Vous pouvez y parvenir en identifiant un substitut de l’allaitement. Il peut s’agir d’un substitut oral, ou simplement d’une activité apaisante. Voici quelques idées de substituts :

  • Du lait dans un gobelet extra-spécial qu’elles ont choisi elles-mêmes.
  • Une sucette (si votre enfant en utilise encore une ; n’en introduisez pas à cet âge s’il ne l’utilise pas déjà).
  • Une bouteille d’eau.
  • Une histoire avec maman.
  • Une musique apaisante.
  • Cinq minutes de câlins.

Lorsque votre enfant vous demande de le nourrir après que vous avez soit abandonné certaines séances de soins, soit sevré complètement, offrez-lui son substitut spécial. Vous connaissez votre enfant mieux que quiconque, alors choisissez quelque chose qu’il appréciera et trouvera réconfortant.

Il est également utile qu’à cet âge, votre enfant soit encore facilement distrait (1). Cela signifie que lorsqu’elles sont contrariées parce que vous les empêchez de s’allaiter, la distraction par substitution peut être une excellente stratégie pour les satisfaire.

Comment cela vous affectera-t-il ?

Au cours du sevrage, n’oubliez pas que le sevrage peut être aussi stressant pour votre corps que pour les émotions de votre enfant. Vos seins sont une fabrique de lait habituée à produire du lait pour votre bambin, et ils produisent pour maintenir l’offre en fonction de la demande.

À mesure que vous réduisez la durée et la fréquence de l’allaitement, votre corps réagit en diminuant sa production. Un sevrage brutal peut toutefois provoquer un engorgement des seins, l’obstruction des canaux lactifères (qui peut être douloureuse) et une mastite (si elle s’infecte).

Les canaux lactifères bouchés présentent les symptômes suivants (2):

  • Un petit point dur dans la poitrine.
  • Gonflement ou ecchymose.
  • Sensibilité localisée de la poitrine.
  • Une sensation de chaleur dans la poitrine.

Si vous avez un canal lactifère obstrué, massez-le pour essayer de libérer le lait, placez des compresses chaudes dessus et continuez à allaiter de ce côté jusqu’à ce que le canal obstrué soit résorbé.

Si la gêne persiste et que vous présentez l’un des symptômes suivants, contactez votre médecin car vous pourriez avoir une mastite, qui est une infection pouvant nécessiter des antibiotiques (3):

  • Fièvre.
  • Écoulement (pus) du sein.
  • Frissons.
  • Symptômes de type grippal.
  • Apparition rapide de la maladie.

Sevrage progressif

Maintenant que vous savez tout ce qu’il faut savoir sur la science qui sous-tend le sevrage d’un jeune enfant, voici les six étapes à suivre.

1. Engagez-vous dans le processus.

Maman, la première étape n’appartient qu’à toi. Si le sevrage vous libère du fardeau physique de l’allaitement, il peut aussi être inopinément émotionnel pour vous de réaliser que les jours d’intense connexion physique avec votre enfant touchent à leur fin.

Préparez-vous avant de vous lancer et engagez-vous – si vous commencez le processus et décidez ensuite de faire marche arrière, cela peut rendre les choses plus difficiles la prochaine fois que vous essaierez de sevrer.

En même temps, il est important de surveiller les signaux de votre enfant, comme vous l’avez fait pour le début de l’allaitement. Si le sevrage va trop vite ou si votre enfant n’est tout simplement pas prêt, vous risquez d’observer une augmentation des crises de colère des tout-petits. Vous voudrez peut-être ralentir les changements pendant quelques jours ou quelques semaines.

Note de l’éditeur :

Michelle Roth, BA, IBCLC

2. Parlez à votre enfant.

La plupart des tout-petits peuvent comprendre beaucoup de choses et même être raisonnés s’ils se rapprochent de l’âge préscolaire. Parlez donc souvent avec votre enfant de l’allaitement maternel, de la croissance et de la croissance des bébés. Faites-lui savoir que bientôt, il ne sera plus autorisé à allaiter.

Les très jeunes enfants peuvent aussi commencer à comprendre le report de l’allaitement. Par exemple, faites-leur savoir qu’ils ne peuvent pas allaiter quand il fait jour, mais seulement quand il fait nuit. Ou que vous allaiterez, mais pas avant le dîner.

Note de l’éditeur :

Michelle Roth, BA, IBCLC

3. Arrêt des soins infirmiers à la demande.

Chaque relation mère-enfant est différente mais, à cet âge, de nombreux bambins seront tombés dans la routine et attendront des séances d’allaitement à des heures fixes (au réveil, avant la sieste, au coucher).

Toutefois, si ce n’est pas le cas chez vous et que vous allaitez à des intervalles irréguliers à la demande de votre enfant, il est temps d’arrêter.

Si votre enfant demande à être allaité en dehors des séances d’allaitement « régulières », refusez gentiment – mais proposez-lui le substitut que vous avez identifié et rassurez-le en lui disant que vous serez heureuse de l’allaiter plus tard, avant sa sieste par exemple.

4. Raccourcissez les séances d’allaitement.

Lorsque votre corps cesse de produire un grand volume de lait, il est bon de réduire progressivement la durée de l’allaitement, tant pour l’adaptation émotionnelle de votre enfant que pour votre confort physique.

Réduisez les séances d’allaitement d’une minute par jour jusqu’à ce que votre enfant allaite pendant trois minutes ou moins. Ou bien n’allaitez que le temps d’une comptine ou d’une chanson préférée – je me souviens de moments où je n’autorisais l’allaitement que jusqu’à ce que j’aie réussi à passer l’ABC !

Si votre enfant est contrarié lorsque la séance d’allaitement se termine avant qu’il ne le souhaite, proposez-lui à nouveau le substitut que vous avez identifié.

5. Abandonnez les séances d’allaitement une par une.

En commençant par vos séances d’allaitement de jour, abandonnez une séance par semaine pour laisser le temps à votre corps et à votre enfant de s’adapter. Cette étape variera d’une mère à l’autre – certaines peuvent continuer à allaiter cinq fois par jour, tandis que d’autres ne le feront que deux fois.

En règle générale, l’allaitement au coucher est le plus difficile à abandonner, car les enfants l’utilisent principalement pour se calmer et se réconforter avant de s’endormir. Laissez tomber celle-ci en dernier.

Si votre enfant s’agite et vous demande d’allaiter à un moment où vous avez déjà laissé tomber cette tétée, proposez-lui de la remplacer.

6. Faites appel à l’aide.

Lorsque vous êtes prête à abandonner votre dernière tétée, il est temps de rallier les troupes ! Demandez à quelqu’un d’autre (mari/maman/ami) d’assurer la permanence à l’heure du coucher – beaucoup d’enfants oublient que l’allaitement maternel est même une option si la mère n’est pas là pour le demander.

Veillez à ce que votre acolyte soit sur la même longueur d’onde que l’enfant et qu’il connaisse les substituts acceptables à offrir si l’enfant demande à être allaité.

Foire aux questions

Sevrage pendant le co-dodo ?

Une approche de sevrage lent, en laissant tomber une nuit pour nourrir une autre nuit, serait la meilleure dans ce cas. Si votre bébé s’endort pendant les séances d’allaitement la nuit, vous devrez peut-être trouver un autre moyen de l’apaiser pour qu’il s’endorme pendant que vous le nourrissez au goutte-à-goutte.

Essayez de le bercer pour l’endormir afin de le réconforter sans l’allaiter. Cela peut prendre un certain temps, mais si vous êtes constante, la plupart des tout-petits comprendront.

Bébé n’arrête pas de pleurer – je suis désespérée!

Il est difficile pour certaines mères de sevrer leurs enfants parce qu’ils se réveillent au milieu de la nuit et ne se rendorment pas avant d’avoir été allaités. Maman, nous compatissons avec toi. Une suggestion utile est de vous retenir le plus longtemps possible en pratiquant des méthodes de substitution apaisantes et d’allaiter éventuellement lorsque vous n’avez plus de patience.

Cela ne fonctionne que si vous continuez à prolonger le temps d’attente chaque soir. Par exemple, si vous attendez deux heures avant de donner le sein dans une semaine, puis trois heures la semaine suivante, vous augmentez progressivement le seuil d’attente de votre tout-petit. Vous risquez de le sevrer plus tôt que vous ne le pensez !


Gagner la bataille du sevrage

Pour résumer, voici les 6 étapes à suivre pour réussir le sevrage de votre tout-petit :

  1. S’engager dans le processus.
  2. Parlez à votre enfant des changements.
  3. Arrêtez l’allaitement à la demande et l’allaitement irrégulier.
  4. Raccourcissez vos séances d’allaitement.
  5. Réduisez vos séances d’allaitement une à une.
  6. Demandez à votre partenaire de prendre en charge l’heure du coucher.

Le sevrage d’un jeune enfant peut sembler intimidant, mais il n’est pas forcément nécessaire. Si vous avez une stratégie solide comme le roc avant de commencer, que vous sevrez lentement et que vous offrez un substitut réconfortant à votre enfant, vous pouvez arrêter l’allaitement avec un minimum de drame.

continue de lire  Comment soulager la congestion nasale de votre bébé (13 conseils efficaces)
Retour haut de page