Les enfants nés pendant la pandémie de Covid ont des performances cognitives considérablement réduites

Partager avec d'autres mamans!

Impact de la pandémie de COVID-19 sur le développement cognitif des jeunes enfants : Premières conclusions d’une étude longitudinale d’observation de la santé des enfants

 

RÉSUMÉ

Depuis les premiers signalements d’un nouveau coronavirus en 2020, les organismes de santé publique ont préconisé des politiques préventives pour limiter le virus, notamment des ordres de rester à la maison qui ont entraîné la fermeture d’entreprises, de garderies, d’écoles et de terrains de jeux, et limité l’apprentissage et les activités typiques des enfants. La crainte de l’infection et d’une éventuelle perte d’emploi a été source de stress pour les parents ; tandis que les parents qui pouvaient travailler à domicile ont dû faire face à des difficultés pour à la fois travailler et assurer une garde attentive des enfants à plein temps. Pour les femmes enceintes, la peur de se rendre aux visites prénatales a également augmenté le stress, l’anxiété et la dépression chez la mère. Il n’est pas surprenant que l’on se soit inquiété de l’impact de ces facteurs, ainsi que des possibilités d’éducation manquées et de la réduction des interactions, de la stimulation et des jeux créatifs avec d’autres enfants, sur le neurodéveloppement de l’enfant. En tirant parti d’une vaste étude longitudinale en cours sur le développement neurologique des enfants, nous avons examiné les scores cognitifs généraux des enfants en 2020 et 2021 par rapport à la décennie précédente, 2011-2019. Nous constatons que les enfants nés pendant la pandémie ont des performances verbales, motrices et cognitives générales significativement réduites par rapport aux enfants nés avant la pandémie. En outre, nous constatons que les garçons et les enfants de familles socio-économiques défavorisées ont été les plus touchés. Les résultats soulignent que, même en l’absence d’infection directe par le SRAS-CoV-2 et la maladie COVID-19, les changements environnementaux associés à la pandémie de COVID-19 affectent de manière significative et négative le développement des nourrissons et des enfants.

Les enfants sont intrinsèquement façonnés par leur environnement. Au cours des étapes de la vie du fœtus, du nourrisson et de la petite enfance, le cerveau de l’enfant connaît une croissance structurelle et fonctionnelle immense qui est déterminée par un mélange intégratif de facteurs génétiques et environnementaux. L’apparition de la pandémie de COVID-19 et la fermeture économique, les perturbations scolaires, la distanciation sociale, le maintien à la maison et les politiques de masques qui en découlent ont fondamentalement modifié l’environnement dans lequel les enfants et les femmes enceintes ont vécu au cours des 18 derniers mois. ont vécu, au cours des 18 derniers mois.

INTRODUCTION

Depuis le début du mois de mars 2020, l’apparition de la pandémie de SRAS-CoV-2 (COVID-19) aux États-Unis et la paralysie économique qui l’a accompagnée ont entraîné des bouleversements importants dans les environnements sociaux, économiques et de santé publique dans lesquels les enfants vivent, grandissent et jouent. Bien que les enfants, et ceux de moins de 5 ans, aient été largement épargnés par les graves complications en matière de santé et de mortalité associées à l’infection par le SRAS-CoV-2, ils n’ont pas été à l’abri de l’impact des politiques de maintien à domicile, de masquage et de distanciation sociale. Ces politiques, destinées à limiter la propagation du virus du SRAS-CoV-2, ont entraîné la fermeture de garderies, d’écoles, de parcs et de terrains de jeux, et ont perturbé les possibilités d’éducation des enfants, limité les jeux d’exploration et l’interaction avec d’autres enfants, et réduit les niveaux d’activité physique. Dès le début de la pandémie, on a craint que ces politiques de santé publique aient un impact négatif sur le développement et la santé mentale des nourrissons et des jeunes enfants. Bien qu’il n’y ait pas de précédent ou d’exemple de confinement prolongé et généralisé non lié à un conflit dont on puisse s’inspirer, les préoccupations relatives au développement de l’enfant découlaient principalement de l’impact connu que le stress familial, l’anxiété des parents et des enfants, le manque d’environnements stimulants et d’autres difficultés économiques et environnementales peuvent avoir sur le développement du cerveau du nourrisson et de l’enfant. À l’instar de nombreux autres États et régions des États-Unis, les écoles primaires, secondaires et postsecondaires de l’État de Rhode Island (RI) ont été fermées à l’enseignement en personne du 16 mars 2020 jusqu’au début de l’année scolaire 2020/2021. Cependant, avec la vague d’infections virales de l’automne 2020, la plupart des écoles du RI ont continué à fonctionner avec un enseignement entièrement à distance ou avec un enseignement hybride en personne/en ligne jusqu’en janvier 2021. Pour les jeunes enfants, les garderies ont également été fermées en mars 2020, mais ont été autorisées à rouvrir avec une capacité réduite en juin 2020. Les restrictions sur la capacité des crèches sont restées en vigueur jusqu’en juin 2021. De mars à mai 2020, des restrictions plus larges sur les voyages et des ordres de rester à la maison ont été appliqués à l’échelle de l’État, et de nombreuses entreprises ont dû réduire leur personnel sur place et/ou travailler à domicile jusqu’à la mi-2021. Des politiques de port de masque à l’intérieur et à l’extérieur ont également été mises en place en 2020 et 2021, conformément aux recommandations des CDC. Bien qu’il soit l’un des plus petits États américains avec une population d’un peu plus d’un million d’habitants, le R.I. a connu un nombre élevé d’infections par le SRAS-CoV-2, avec environ 154 000 cas de maladies liées au COVID-19 et près de 3 000 décès. Le R.I. a reflété les tendances nationales en ce qui concerne les infections et les décès disproportionnés dans les communautés hispaniques ou latinos et noires ou afro-américaines, ainsi que dans les familles à faible revenu.

Depuis 2009, l’université Brown et la Warren Alpert Medical School de l’université Brown accueillent une étude longitudinale sur la santé et le neurodéveloppement des enfants, appelée étude RESONANCE. Faisant désormais partie du programme NIH Environmental influences on Child Health Outcomes (ECHO), la cohorte RESONANCE se compose d’environ 1600 dyades soignant-enfant, qui ont été enrôlées de manière continue entre 0 et 5 ans depuis 2009 et ont été suivies pendant la petite enfance, l’enfance et le début de l’adolescence. Cette cohorte offre donc une occasion unique d’explorer l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les tendances en matière de santé infantile dans le R.I., qui peuvent refléter des tendances plus larges aux États-Unis.

En l’absence d’infection directe par le SRAS-CoV-2, les expositions environnementales associées à la pandémie de COVID-19 peuvent affecter le développement du nourrisson et de l’enfant par de multiples voies. Le cerveau humain est unique en raison de sa longue période de développement. Les nourrissons naissent avec un cerveau relativement immature qui, comme eux, est à la fois compétent et vulnérable. Les nourrissons sont intrinsèquement compétents dans leur capacité à établir des relations, à explorer, à chercher un sens et à apprendre, mais ils sont vulnérables et dépendent entièrement des personnes qui s’occupent d’eux pour leur survie, leur sécurité émotionnelle, la modélisation de leurs comportements et la nature et les règles du monde physique et socioculturel dans lequel ils vivent. De même, le cerveau du nourrisson naît avec une immense capacité d’apprentissage, de remodelage et d’adaptation, mais il est sensible et vulnérable à la négligence et aux expositions environnementales qui commencent même avant la naissance. Le développement optimal du cerveau dépend de relations sécurisées et de confiance avec des soignants compétents qui sont attentifs aux besoins et aux intérêts du nourrisson. Les processus neurodéveloppementaux, dont la myélinisation et la synaptogenèse, par exemple, sont stimulés par des signaux et des expériences externes comme l’interaction maternelle, les soins physiques de type « kangourou », le toucher et la chaleur. La plasticité adaptative du cerveau est toutefois une arme à double tranchant. Si des environnements positifs et enrichissants peuvent favoriser un développement cérébral sain, la négligence, l’insécurité, le stress et le manque de stimulation peuvent nuire à la maturation des systèmes cérébraux et perturber les résultats cognitifs et comportementaux.

continue de lire  Le développement linguistique et cognitif de votre enfant de 18 mois : Parler fort et clair

Le stress, l’anxiété et la dépression de la mère pendant la grossesse peuvent avoir un impact sur la structure et la connectivité du cerveau du fœtus et du nourrisson, entraînant des retards potentiels dans le développement moteur, cognitif et comportemental. On pense que les altérations de l’exposition du fœtus aux hormones liées au stress, notamment le cortisol, affectent ces changements dans la structure et la fonction du cerveau. Des analyses antérieures ont révélé de fortes associations entre le stress prénatal maternel et l’anxiété liée au déplacement et à la perte d’emploi de la mère ou du père et la santé du nourrisson (poids à la naissance et durée de la gestation), la mortalité, le tempérament et le développement cognitif. Tout au long de la pandémie de COVID-19, de nombreuses familles ont été confrontées à la perte d’emploi de leur mère ou de leur père, à des interruptions de travail ou à une insécurité accrue en matière d’alimentation et de logement. Les résultats des enquêtes menées au début de la pandémie ont montré une augmentation significative des taux de symptômes cliniquement pertinents de dépression et d’anxiété chez les mères.

Compte tenu de ces changements dans l’environnement familial, éducatif et social des enfants, il n’est pas surprenant que les études transversales et longitudinales sur la santé mentale des enfants et des adolescents tout au long de la pandémie actuelle aient révélé une augmentation du stress, de l’anxiété et de la dépression. Les études sur l’apprentissage des enfants révèlent en outre une diminution de la croissance scolaire en mathématiques et en langues chez les enfants des écoles primaires et secondaires. L’impact sur le développement cognitif des nourrissons et des enfants reste toutefois moins clair. Malgré l’impact connu du stress des parents et de la famille, de l’adversité économique, de la réduction des interactions avec les parents et les pairs et d’autres environnements stimulants sur le développement du cerveau de l’enfant, l’observation directe d’un développement réduit suite à la pandémie de COVID-19 reste difficile, malgré les premières constatations d’une altération du tempérament chez les nourrissons de 3 mois.

Dans ce travail, nous avons donc spécifiquement cherché à explorer les tendances individuelles et au niveau de la population en matière de neurodéveloppement du nourrisson et du jeune enfant. Les analyses du développement cognitif, évaluées à l’aide des échelles d’apprentissage précoce de Mullen, un outil normalisé pour la population et administré cliniquement qui évalue la fonction dans les cinq domaines principaux du contrôle de la motricité fine et globale, de la réception visuelle et du langage expressif et respectif par le biais de l’observation directe et de la performance, fournissent certaines des premières preuves directes de l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le développement. En comparant les scores moyens annuels depuis 2011, en tenant compte de l’âge, du sexe, des indicateurs démographiques et socio-économiques, nous trouvons des preuves frappantes du déclin du fonctionnement cognitif global des enfants à partir de 2020 et jusqu’en 2021. Nous constatons que les garçons semblent nettement plus touchés que les filles, et qu’un statut socioéconomique plus élevé (mesuré par l’éducation de la mère) contribue à atténuer cet impact négatif. À un niveau plus individuel, nous avons examiné les tendances longitudinales avant et pendant la pandémie chez les mêmes enfants de 2018 à 2021, constatant à nouveau une baisse des capacités en 2020 et 2021.

Enfin, pour examiner l’impact de la pandémie pendant la grossesse sur le développement ultérieur de l’enfant, nous avons comparé les scores de développement des enfants jusqu’à 1 an nés avant 2019 et après juillet 2020 (c’est-à-dire ceux nés avant la pandémie et ceux dont le développement in utero peut avoir été impacté par l’environnement COVID-19 pendant au moins le dernier trimestre de la grossesse). Une fois encore, nous constatons que les scores sont significativement réduits chez les enfants nés depuis le début de la pandémie, les individus de statut socioéconomique inférieur et les garçons étant plus affectés. Dans toutes les analyses, cependant, nous avons constaté que le stress perçu par les mères de notre cohorte est resté inchangé tout au long de la pandémie et n’a pas été associé de manière significative aux scores de développement.

Ces résultats fournissent les premières preuves convaincantes de l’impact de la pandémie de COVID-19, même en l’absence d’infection directe par le SRAS-CoV-2, sur le neurodéveloppement du nourrisson et du jeune enfant.

CONCLUSION

La pandémie de COVID-19 a fondamentalement modifié le paysage de la
santé infantile, les mères et les personnes enceintes, ainsi que les enfants, vivant dans un environnement économique, psychosocial et éducatif étonnamment différent de ce qu’il était il y a seulement 18 mois. Dans ce contexte, des questions restent sans réponse quant à l’impact sur le neurodéveloppement des jeunes enfants du travail à domicile, des abris sur place et d’autres politiques de santé publique qui ont limité les interactions sociales et les expériences typiques de l’enfance. Dans ce travail, nous fournissons les premières preuves suggérant des réductions significatives de la fonction et de la performance cognitives atteintes chez les enfants nés au cours des 18 derniers mois pendant la pandémie. Si les facteurs socio-économiques semblent atténuer les conséquences négatives de la pandémie, les principaux facteurs qui sous-tendent les tendances observées restent inconnus. Il est essentiel de comprendre ces facteurs pour s’assurer que les enfants touchés se rétablissent à mesure que la pandémie se résorbe et qu’ils réintègrent les garderies et les écoles, ainsi que pour mettre en œuvre des politiques de santé publique et d’éducation supplémentaires qui s’adressent aux enfants les plus touchés, en particulier ceux des familles à faible revenu.

Lisez l’article scientifique complet ici :
https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.08.10.21261846v1.full.pdf

Retour haut de page